Dimanche 5 avril 2020

Quatre raisons de ne pas venir sur P12 en plein confinement.



 

À l'heure où l'infamie menace, où le monde extérieur devient menaçant et où la réalité fait peur, il est toujours un endroit où nous pouvons nous réfugier. Cet endroit, c'est P12. En effet notre beau site est le refuge pour toute âme perdue pendant ce confinement qui est amené à durer. C'est un moyen de vaincre l'isolement et de combattre la peur qui s'insinue petit à petit dans les cœurs. La preuve en est, on a jamais eu autant de nouveaux et autant de revenants en aussi peu de temps...

Mais venir sur le site n'est pas forcément une bonne idée. C'est même une solution de facilité qui peut se révéler dangereuse. C'est pourquoi j'ai décidé de vous expliquer en quatre points pourquoi venir sur P12 en période de confinement n'est pas une bonne idée.

1.Cela sature la bande passante

On nous martèle à longueur de journée que les réseaux sont saturés et que les secteurs prioritaires ont besoin de toute la bande passante disponible. On en a d'ailleurs vu le résultat sur la qualité des vidéos netflix... Vous imaginez ceux qui gèrent les logiciels des hôpitaux qui rament sa mère parce que vous avez décidé de péter votre score au Quidditch ?

2.C'est une période où le conflit est facile

Un conflit sur P12 normalement ça se règle comme ça. On râle beaucoup puis on va en cours, au boulot, au poney... On se calme et puis le soir venu on revient et on parle calmement... le problème c'est qu'avec le confinement on a même plus la possibilité de sortir faire un tour pour décompresser. Du coup on rumine, on discute avec ses potes sur les réseaux qui ne nous aident pas du tout à faire redescendre la pression et on aggrave les conflits.

3.Cela fait des nous des no-life, genre encore plus que d'habitude

P12 ça prend du temps. Entre les animations, les cours et tout ça... Mais chic, comme c'est confinement on peut faire ça toute la journée ! Ayons une pensée pour les familles de pédouziens qui n'ont pas vu leur enfant depuis 10 jours car celui-ci ne sort plus de sa chambre.

4.On ne fait rien de productif

En effet, certains ont confondu le confinement avec des vacances. Mais non en fait. Y a toujours du boulot, des révisions pour certains... Et même, on peut en profiter pour faire des choses qu'on ne fait pas d'habitude : ranger sa chambre, apprendre le solfège, se mettre au portugais... Que des choses qu'on ne fera pas parce qu'il y a une nouvelle animation qui vient de sortir.

Autant de points qui devraient nous faire repenser notre usage d'internet. Mais autant de points inutiles pour une génération à qui l'ennui fait peur. Alors, si j'ai pu faire réfléchir ne serait-ce qu'une seule personne, je serais contente. Prenez soin de vous et de vos proches. Et si vous en êtes capables, tenez-vous loin de votre ordinateur.

Peace.
 
https://zupimages.net/up/20/14/2dtg.png

Brèves de Gazette

 

Chers lecteurs, c’est à moi qu’est revenu la tâche de vous parler des autres journaux ce mois ci. Pour choisir les articles, je n’ai pas choisi de thème, juste des articles qui me semblaient aisés à critiquer (en bien comme en mal). J’ai aussi rajouté ma petite touche perso, à savoir mon avis personnel en plus des avis des P12iens et des avis des Poufsouffle. Deuxième changement, au lieu de mettre des appréciations, j’ai mis directement les notes des moyennes sur 20. Enfin, je remercie du fond du coeur les personnes ayant bien voulu participer parce que c’était très très galère d’en trouver. Vous avez toute ma gratitude et ma reconnaissance.

 

L'article du chicaneur sélectionné ce mois ci est Serdaigle fait son cinéma écrit par Catherine Spinnett et illustré par Elea Loohest. Pour résumer, c'est un article présentant les serdaigle par leurs égéries. Il a donc été l'article le mieux noté ce mois ci avec une moyenne générale de 16/20 mais voyez plutôt.

Avis des P12iens: 16/20

C’est l’article préféré ce mois ci. C’est un article original, drôle. Les gens se sentent vraiment en immersion au sein de la salle commune. Il permet de mieux connaitre les serdaigle dans un concept novateur. Il pousse aussi à imaginer tous ces acteurs dans un film ensemble. L’illustration est jugée comme simple mais efficace et très jolie et travaillée. Cependant, il demande quand même une bonne culture pour imaginer tous les acteurs, des images auraient pu être ajoutées. Mais globalement, c’est un article génial !

Avis des Poufsouffle: 16/20

La aussi, c’est un article plébiscité. Drôle, sympa à lire avec de super références cinématographiques. L’idée de cibler l’article sur les égéries est très apprécié car novateur. On a l’impression d’être immergé dans la salle commune de serdaigle. L’illustration est aussi très appréciée avec un bel effet gif. Au niveau des critiques, on aurait aimé là aussi parfois des images de certains acteurs et de meilleurs couleurs dans le corps de l’article pour bien contraster avec le fond.

Avis de Marc

C’est mon coup de coeur des 4 articles traités ici. En tant que fan de cinéma, je plussoie le fait de parler d’acteurs/actrices. C’est assez drôle de voir les P12iens via le prisme des égéries (ça serait flatteur pour moi d’ailleurs). L’illustration est sobre mais magnifique. Chapeau !

On retrouve ensuite un article de la gazette, écrit par Kyle Gallerion et illustré par Romane Slater, intitulé Ma vie de doyen. Dans cet article, Kyle nous raconte ses péripéties de doyen. Péripéties qui ont plu puis qu'il récolte une moyenne de 15,36/20.

Avis des P12iens: 14,68/20

Le point fort de cet article relevé par les pédouziens est l’humour qui est bien dosé et bien présent. C’est un article simple, léger, facile à lire et très efficace. Il permet de bien se plonger dans la vie de doyen. L’illustration est tout aussi simple mais efficace et plutôt jolie. Le seul point négatif relevé est un côté un peu répétitif mais qui est peut-être du aussi au fait que le poste soit répétitif. Ah et les gens souhaitent du courage à Kyle.

Avis des Poufsouffle: 16/20

On retrouve des avis plutôt similaire que ceux des P12iens. L’humour est encore une fois plébiscité et l’idée et le concept de l‘article plaisent énormément. C’est un article facile à lire et l’illustration est mieux appréciée. Le côté réaliste est aussi bien apprécié. Cependant une critique émerge: c’est un article jugé comme adressé à un lectorat qui est déjà bien familier avec le fonctionnement de P12 donc pouvant être difficile à comprendre pour des nouveaux.

Avis de Marc

Un bon article qui, malheureusement, ne parle qu’aux gens qui connaissent bien le fonctionnement de P12 et qui ont compris le rôle du doyen (ce qui n’est pas mon cas). L’humour est tout de même présent et, ce qui est rare dans la gazette, c’est un article interessant qui montre aussi toutes les difficultés de ce poste. Il est peut être un peu long mais en soit ça ne me dérange pas tant que ce n’est pas brodé, ce qui n’est pas le cas ici. J’avoue avoir toujours eu un peu de mal avec les articles de Kyle mais celui là est vraiment très bien. Enfin l’illustration reflète bien le fond de l’article.

 

Ensuite, c'est le Gryff'Time qui été sélectionné. L'article du mois s'intitule A la mode de chez nous et il est écrit par Alice Wellington et illustré par Alyne Matthews. Avec une note de 12/20 il est correct mais sans plus.

Avis des P12iens: 10/20

C’est un avis extrêmement mitigé recueilli auprès des P12iens. D’abord, selon les avis reçus, c’est un article plat et ennuyant, c’est perçu comme un article peu prise de tête et surtout il manque beaucoup d’innovation, je cite « c’est du vu et revu ». Coté illustration, c’est pas mieux avec trop de simplicité. Les critiques notent que, pour un sujet comme ça, il y avait de meilleurs pistes de créativité à explorer. Sur les points positifs on note que c’est amusant d’imaginer Gryffondor changer.

Avis des Poufsouffle: 14/20

Par contre, l’article a été beaucoup plus apprécié par les Poufsouffle. C’est un article très agréable à lire, avec un joli concept. Imaginer la salle commune de Gryffondor se faire relooker plait et l’humour est présent. L’illustration plait aussi et correspond bien avec le fond. C’est aussi vu comme un article qui change de ce qu’on trouve habituellement dans le GT. La seule critique, et encore c’est pour chipoter, c’est que l’article est un peu trop court (mais que le concept ne permettrai pas forcément de l’allonger).

Avis de Marc

Moi aussi j’ai eu beaucoup de mal à accrocher à cet article. Cependant, je comprends qu’il puisse avoir sa place dans un journal de maison. L’article est certes court mais pour arriver au bout, il faut s’accrocher. Après, je suppose que pour un gryffondor, c’est drôle d’imaginer sa salle commune et d’imaginer Valérie Damidot débarquer. Quant à l’illustration, si elle est bien faite, elle est beaucoup trop simple… Pour un article traitant de décoration, c’est dommage qu’il ne soit pas bien décoré…

 

Enfin, on retrouve la VIP... Ce mois ci c'est l'article Une tyrannie assumée écrit par Matthias Potdjed et illustré par Katalina Rosebury qui n'a pas du tout plus aux critiques. Il ne récolte que la note de 11,6/20.

Avis des P12iens: 11,2/20

Beaucoup de déceptions chez les P12iens qui n’accrochent pas du tout à cet article. Aucun intérêt n’est trouvé dans cet article et certains trouvent le style parfois lourd et maladroit quand d’autres trouvent par contre que c’est bien écrit. Mais c’est en tout cas un sentiment d’ennui qui sort de cet article. Même l’illustration est jugée décevante, notamment parce qu’elle ne reflète pas le fond de l’article.

Avis des Poufsouffle: 12/20

Un peu moins de déception chez les poufsouffle. En effet, si l’article est jugé court, il est tout de même agréable à lire et bien écrit. Cependant, le gros bémol est qu’il est trop centré sur Aileen, ce qui gâche l’article si on ne la connait pas. Les références sont obscures. Tout cela rend l’article vite inintéressant car pas adapté à tout le monde (non serp et serp inclus). L’illustration est mieux appréciée aussi par les poufsouffle qui la trouvent en adéquation avec l’article.

Avis de Marc

Un article court, peu engageant et qui n’encourage pas à la lecture. J’ai vraiment pas aimé, je l’ai trouvé dénué d’intérêt et avec un style qui ne me sied guère. J’ai même l’impression que c’est un article qu’on peut comprendre que si on fait partie de l’équipe de la VIP. Alors j’ai rien contre dévoiler les coulisses mais là ça dévoile rien du tout… Je trouve aussi l’illustration loin de l’article. Je suis très déçu de voir cet article en connaissant tous ce qu’on a l’habitude de voir dans la VIP d’habitude.

Sachez que ces critiques ne sont pas là pour blesser qui que ce soit et sont toutes objectives. J'espère aussi que ça vous poussera à aller lire les journaux des autres maisons et la gazette pour trouver des petites pépites. Et du coup félicitation au Chicaneur pour son titre de journal du mois selon les lecteurs des crocs !

https://zupimages.net/up/20/14/u6zd.png

Le pouvoir des chats

 

 

Non, pas la peine de revenir en arrière pour voir si vous avez bien lu le titre : OUI, on va parler des chats. Ces félins magnifiques ou diaboliques selon les points de vue qui peuplent les maisons de millions de personnes dans le monde. Jusque là, tout le monde suit ? Si la réponse est non, et bien essayez !

Je vous dispense de tout un cours sur son anatomie, car tout le monde sait ce à quoi ça ressemble (et sinon bon retour parmi nous car vous avez dû passer un sacré bout de temps dans une grotte). Le chat est donc un carnivore domestique, comme le chien, et peut se nourrir de petites proies comme les rongeurs ou les oiseaux. Ils communiquent avec les humains essentiellement à l’aide de ronronnements, les miaulements, les feulements ou les grognements - même si, pour ces derniers, mieux vaut souvent fuir.

Les sens de ces animaux sont très développés, notamment la vue et l'ouïe, plus puissants que chez les humains et indispensables à sa survie. Il existe ainsi de nombreuses légendes de chats ayant prédit des tremblements de terre ou autres catastrophes. L’explication la plus probable est que ses vibrisses (communément appelés moustaches, pour ceux qui commencent à se perdre) et ses oreilles perçoivent des vibrations indécelables pour les humains. M'enfin, passons : le chat a aussi un sens inné de l’équilibre grâce à un système sensoriel important : c’est pourquoi on dit que le minet retombe toujours sur ses pattes.

Il fut vénéré par les Égyptiens. En Asie, le chat reste synonyme de chance, de richesse ou de longévité. En effet, avoir un chat a de nombreux avantages. Très autonome, il n’a pas besoin d’être sorti. Le chat reste dans l'appartement ou sort chasser seul sa nourriture. C’est un animal petit qui peut donc vivre en appartement sans tourner en rond. C’est un vrai explorateur d’intérieur et il n’est ainsi pas nécessaire de s’inquiéter quand on le laisse seul toute une journée. Il passe la majorité du temps à dormir ou faire sa toilette, ce qui est très pratique : lui consacrer une demi-heure deux ou trois fois par semaine pour le faire jouer suffit amplement à son bien-être, en plus de quelques caresses. Ensuite, le chat a de nombreux impacts bénéfiques sur la santé de ses maîtres. Les ronronnements du chat sont bons pour la santé : ils possèdent des effets relaxants semblables à la méditation. Plus besoin donc de position du lotus : un chat suffit. Ces effets apaisants diminuent le risque de crises cardiaques et permettent un meilleur sommeil.

Si le chat a autant d’effets bénéfiques, pourquoi certains continuent néanmoins de le diaboliser ?

Il y a deux réponses à ceci. La première est historique : dans la symbolique médiévale, le chat était associé à la malchance et au mal (surtout s'il était noir) ainsi qu’à la sournoiserie et à la féminité. Son comportement sexuel démonstratif, son grand besoin de sommeil considéré comme de la paresse et ses vagabondages ont contribué à lui forger une image négative. C’était l'animal du diable et des sorcières. On lui attribuait des pouvoirs surnaturels, dont la faculté de posséder neuf vies. L'inquisition, le pape Innocent VIII et son édit de 1484, firent alors sacrifier des chats pour les fêtes populaires, ce qui marqua une grande période de persécution pour le félin. Le chat était considéré comme le déguisement du diable sur Terre pour ses visites, et fut condamné.

La deuxième raison, ce sont les superstitions. Celles-ci sont très nombreuses dans la culture européenne : prise de contrôle de la planète, étouffements nocturnes de victimes innocentes, esclavagisme de l’espèce humaine, malchance, animal démoniaque… Il serait difficile de citer toutes les croyances relatives à nos compagnons à quatre pattes. Certaines sont aussi anciennes que la nuit des temps, d’autres plus récentes, mais toutes donnent ainsi une image négative des chats. Les légendes se propagent plus vite que les bienfaits que les chats apportent, même si ceux-ci commencent à se faire connaître au grand public.

Nous pouvons cependant être raisonnablement certains, et même sûrs, que tout le monde ne va pas mourir sous les coups de chats brusquement révoltés pour la simple et bonne raison qu'ils sont guidés par leurs instincts. Ils dorment beaucoup (pas pratique pour mener une guerre) et vulnérables avec un peu d'herbes à chat ou un laser. Ce sont des chasseurs, pas des stratèges. Ils sont petits et faciles à neutraliser ( vous leur prenez le cou et le soulevez, pratique à ne pas reproduire chez vous).

Malgré tout cela, beaucoup de personnes ont un (ou plusieurs) chat.s chez eux. Si c’est votre cas, n’oubliez pas de prendre soin de ces petits animaux.
 
https://zupimages.net/up/20/14/n6an.png

Les balais volants c'est surcôté


Alors oui, je vous l’accorde, ce qui est surcoté c’est surtout l’utilisation du mot surcoté dans le titre. Mais ce n’est pas le sujet de l’article.

En période de Coupe des Clubs, étant moi-même une bille intersidérale dans ce cher sport qu’est le Quidditch (notre préfète peut témoigner), j’ai décidé de réfléchir à la chose suivante (très probablement inutile, mais c’est justement ça qui fait l’intérêt de l’article) : quelles autres alternatives pouvons-nous trouver aux balais volants pour pratiquer ce sport ? Parce que si le Tournoi du Dragon nous a bien prouvé une chose le mois dernier, c’est que les élèves de l’école de magie russe en ont trouvé une belle avec des troncs d’arbres déracinés !

Vont donc suivre quelques exemples plus ou moins pratiques (et praticables) ainsi que mon humble avis sur chacun d’eux.




Numero Uno : Tronc d’arbre déraciné
 


Comme nos confrères russes utilisent cette alternative, je me devais de me pencher sur le sujet.

D’un côté je ne peux que saluer l’idée qui est plus qu’originale. Mais de l’autre, je me dis que l’utilisation ne doit pas du tout être pratique. Surtout que si vous regardez attentivement l’image, vous pouvez constater que la forme empruntée est tout sauf aérodynamique. Or on sait bien que c’est un aspect très important des véhicules volants, qui plus est en contexte de compétition où la vitesse et la maniabilité de l’engin sont de mise. En plus niveau visibilité, je suis désolé de le dire, mais c’est à mon humble avis vraiment nul. Je ne sais pas comment les joueurs font pour vous voir ce qu’il se passe devant eux mais vous devez vraiment avoir une vision au top si vous voulez faire partie d’une équipe de Quidditch russe … C’est limite plus difficile que d’être pilote de ligne (nous y reviendrons d’ailleurs plus tard).

Mais après tout, comme dirait un moldu français : « C’est normal en Russie ! ».




Numero Dos : Bison volant


Comment pouvais-je écrire cet article sans mentionner les bisons volants si chers à notre maison ?

Déjà, chaque joueur de notre équipe actuelle en a un. C’est dire s’ils n’ont pas déjà été adoptés ! Un bison est de plus un compagnon de route, une créature magique attachée au joueur qui le chevauche. Si son aspect aérodynamique peut paraître moins efficace que celui du balai, il est en revanche largement compensé par la symbiose établie entre le joueur la bête. En plus, étant doté d’autant de membres qu’un humain en ne comptant pas sa queue, ses quatre pattes lui permettent de déstabiliser les potentiels adversaires qui se trouvent sur le chemin du joueur. L’expérience doit donc être très sportive pour les attrapeurs ! Le seul inconvénient est que le bisons est une créature magique, il faut donc s’en occuper et le nourrir, entre autres. Il demande donc plus d’attention qu’un simple balai, mais on l’aime quand même !




Numero Tres : Voiture volante
 

 

Au cas où vous vous posez la question, cet engin là fait bien partie de l’univers Harry Potter. Je parle bien évidemment de la célèbre Ford Anglia du père Weasley. Et même si je vous vois venir en me disant que c’est sans doute le véhicule le moins stable du monde (ce qui est entièrement vrai), déjà je vous répondrai que tout s’apprend et qu’en plus vous faisiez moins les fiers lors de votre première séance de vol sur balais. Et puis, si on a réussi à faire voler une Ford Anglia et des troncs d’arbre, qu’est-ce qui nous empêche de faire voler d’autres voitures plus adaptées ? Pas grand chose, je vous le dis ! Attendez-vous donc sous peu à faire du Quidditch en conduisant des dragsters volants ! Les sensations promettent déjà !




Numero Cuatro : Tapis volant
 


Alors là on sort de l’univers Harry Potter ou pédouzien, mais on revient quand même aux bases. Parce que quoiqu’on en dise, ce moyen de transport volant reste très connu, notamment dans les contes moldus liés aux mythologies perses, arabes et russes. Et qu’est-ce je vois ? Russe aussi ? C’est à se demander qu’est-ce qu’ils foutent pourquoi ils s’embêtent avec leur tronc d’arbre … Toujours est-il qu’ils ont l’avantage d’avoir une surface beaucoup plus importante que les balais et leur finesse les rend on ne peut plus aérodynamiques ! Donc partez en Asie pour vous en procurer un ! Vous ne le regretterez pas !



Numero Cinco : Avion
 


Et oui c’est du 100% moldu mais qu’est-ce que vous voulez ? La crise, tout ça … Je devais bien trouver une autre solution ! Et pour le coup, c’est totalement approuvé et ça marche très bien ! On en trouve plein en circulation un peu partout dans le monde ! Bon ok, c’est un véhicule un peu grand pour un stade de Quidditch, ça consomme beaucoup et c’est chaud pour partir à la course au vif depuis le cockpit. Mais au moins dites-vous qu’on peut embarquer des spectateurs sur les places passagères, même sur des petits avions, comme ça le match devient encore plus immersif ! Et comme ça on libère de la place dans les gradins, donc on peut accueillir plus de spectateurs. Money money jeunes gens !



Numero Seis : X-Wing
 


Euh ok, là je suis suis totalement parti en vrille et mon cerveau tente un crossover entre Harry Potter et Star Wars. Mais franchement, sur un malentendu, ça marche. (Et ça va faire plaisir à un de mes collègues en prime). En revanche, je ne sais pas comment on fait pour l’alimenter en énergie avec les ressources terrestres. Mais avouez que ça a la classe ! Et en bonus, si vous souhaitez chatouiller un peu vos adversaires, vous avez des petits lasers à disposition. N’est-ce pas magnifique ? (a)




C’est ici que va s’achever cette liste avant que mon cerveau ne me fasse écrire d’autres idioties.
C’étaient les divagations de votre cher chroniqueur Toma Dresden.
Pour vous servir.

https://zupimages.net/up/20/14/w7qb.png

Le tour du monde magique en 8 écoles : Nasdrovia !


 

Après les terres exotiques d’Amérique du Sud, Toma devait partir en direction du pays où l’Europe et l’Asie se rejoignent, la Russie. Mais avant de franchir les portes de l’école de magie, il croisa sur son chemin la préfète de maison qui semblait faire partie de la délégation britannique s’y dirigeant également. L’informant de sa destination, le chroniqueur lui proposa de partager son voyage sur le dos de son Jean-Rachid national. La préfète ne mit pas longtemps à accepter, voulant sans doute tester ce type de transport. Malheureusement, son derrière préfectoral ne supporta pas les écailles de Jean-Rara et elle fit donc la route sur le dos de son bison. C’est ainsi que le duo (couple ?) se dirigea vers cette contrée assez méconnue du monde magique.






TOMA : Oh t'as vu il est joli le châto, mais il n'a pas l'air très grand !

HOPE : Et encore, tu ne sais pas tout, le château est comme un iceberg, sa partie la plus imposante se trouve sous l'eau du lac !

TOMA : Mais du coup on rentre comment dedans ?

HOPE : Les élèves rejoignent le château sous-marin sur le dos d’un serpent aquatique géant. Du coup comme les étudiants vivent sous l'eau, leurs uniformes sont entièrement composés de maillots de bain enchantés.

TOMA : Aaah c'est pour ça que j'ai vu un monsieur à moitié tout nu !

HOPE : Les enchantements assurent qu'ils sont chauds pourtant ! Et oui, on pourrait penser qu’ils sont enroulés dans des chapkas pour pas avoir froid, mais non, ils sont limite nus.

TOMA : Et du coup ça se passe comment chez eux les cours ?

HOPE : Déjà les rayures sur le maillot de bain indiquent l'année de la scolarité. L’école possède 4 maisons, mais les élèves n’y sont répartis qu’à partir de leur seconde année d’étude en fonction de leurs points forts académiques. La première année à Koldovstoretz n'est que théorique et pratiques fondamentales et les élèves n'auront accès à une baguette magique qu'au cours de la seconde année.

TOMA : Awai ... Relou

 

VOIENT UN MEC QUI VOLE SUR UN TRONC D'ARBRE DÉRACINÉ



TOMA : Mais kécécé ça ?

HOPE : Awi, ici on ne joue pas au Quidditch sur un balais. Ou un bison. * Dit-elle en caressant Duphalac. * Ici ils jouent sur des troncs d'arbre déracinés.

 

VOIENT UN MEC SE PRENDRE UNE RACINE ET TOMBER DANS LE LAC



TOMA : MAIS ...

HOPE : Ouais c'est un chouia violent. Mais j'aime bien, c'est rigolo...

TOMA : Aaaah bon. Et si on passait à autre chose, non ?

HOPE : Bonne idée !





TOMA : Mais tu sais que la Russie c'est le plus grand pays du monde ? Elle s'étend de l'Europe de l'Est à l'Asie sur près de 10 000 km et on y trouve tout plein de paysages comme des toundras, des forêts, des plages ou des montages.

HOPE : Naaan c'est aussi grand que ça là où on est ?

TOMA : Ouaip ! Et c'est même tellement grand que chaque région est marquée par sa propre histoire. Dans le Sud on a les Scythes qui ont dominé sur la région pendant presque 800 ans ! Au Centre et à l'Est on a surtout des monuments qui rappellent l'époque du Moyen-Âge avec les monastères et les kremlins. Au Nord, les traditions sont en liens avec l'Europe occidentale et à l'Est elles sont liées au peuple tartare.

HOPE : Mais ça fait quand même beaucoup d'histoires différentes ça non ?

TOMA : Et c'est justement ce qui est bien avec ce pays ! Pleins d'histoires, pleins de traditions, pleins de gens d'origines différentes et donc forcément pleins de religions différentes. Par exemple il y a le bouddhisme, l'orthodoxie et les coutumes chamanes.

HOPE : Ah ouaiiiis ça fait beaucoup de choses tout ça !







TOMA : Mais c'est pas tout ! Les Russes sont aussi connus pour l'art. Il y en a qui sont connus pour leurs peintures, leurs livres ou leurs musiques, notamment la musique classique !

HOPE : Mais ils savent vraiment faire beaucoup de choses en fait !





TOMA : Et ce qui est super, c'est que tu peux prendre un train nommé le Transsibérien pour visiter les principales villes et lieux importants. Le voyage dure entre une et deux semaines et tu peux voir St-Pétersbourg, Moscou, le Lac Baikal, et d'autres parcs naturels.


HOPE : Whoaaaa par contre il a intérêt à être confortable le train parce que deux semaines dedans j'y reste pas sinon ! T'as vu avec Jean-Rachid, déjà 5min c'était trop...

TOMA : Ah c'est sûr ! Mais il y a une dernière chose dont on doit parler. Et tu connais sans doute un peu trop le sujet avec Bepo ... Qui dit Russie dit .. ?

HOPE : Diiiiit... VOOOOOODKA ! Mais on va peut-être pas en parler trop fort sinon, moi, à mon retour, je vais me faire démolir par Tara ...


TOMA : Ah oui ... et bien je crois qu'on a fait un bon petit tour de la Russie ! On se retrouve pour la prochaine destination les amis ! Et sur ce, portez-vous bien ! Mangez des pommes et n'utilisez pas trop de PQ !

 

https://zupimages.net/up/20/15/am7s.png

Le saint PQ.



Le PQ ou de l’utilité d’avoir une paire de jolies fesses bien propres.

Je sais ce que vous allez dire : « Oh mais Andreas, t’abuses pas un peu là ? Tu ne crois pas que tu forces un peu avec ton histoire de PQ ? » Et bien tout d’abord : veuillez redescendre de votre indomptable monture, vous n’êtes pas le généralissime de l’armée PQdière de France. Ensuite : non, pas du tout et si ça vous embête et bien, sachez qu’il s’agit d’un pays libre et donc, pas conséquence, je fais ce que je veux, d’abord.

L’essuie fesse, le papier hygiénique, le papier-cul, le papier-toilette (nommez-le selon votre convenance) est un outil indispensable de nos jours. Comment le sais-je ? Et bien tout simplement parce qu’en allant faire mes courses pas plus tard que plus tôt, je me suis retrouvé face à un incroyable dilemme, à savoir essuie-tout (communément appelé sopalin) ou rien.

Je sais, je sais. Je vous vois d’ores et déjà foncer vos sourcils si mal épilés (personne ne vous en veut réellement, détendez-vous, pourquoi se faire souffrir alors qu’en soit, on est actuellement tous enfermé chez soi, je vous le demande) et vous apprêter à attraper ma veste pour me secouer jusqu’à ce que mes beaux yeux se mettent à rouler dans mes incroyables orbites. « Andreas, » diriez-vous, « mais de quoi es-tu, diable, en train de causer ? » Parce que, je veux dire : à part le PQ en lui-même, n’est-ce pas là évident ?

Alors sans doute vous étiez-vous attendu à ce que je dégueule les informations que wikipédia a si gentiment rassemblé au fil des années parce que de toutes évidence, tout le monde aimerait savoir que le papier-toilette a été inventé en Chine, genre, au onzième siècle avant notre cher barbu-aux-pieds nu (IIém siècle AV. BAPN pour les intimes), que, jadis, les gens se nettoyaient à coup de bâton de bambou, extérieur et intérieur, mais hey. Si vous êtes présentement en train de parcourir cet article des yeux, c’est que votre facture internet a eut le bonheur de passer ce mois-ci et donc, par extension : vous pouvez autant vous démerder pour aller cueillir les infos vous-même, merci bien.

Non, ce dont je veux réellement vous parler, c’est de mon incompréhension généralisée pour vous, cher et chères né.e moldu.e (parce que tout le monde sait que les sang-pur ne s’essuient pas à coup de papier toilette, je veux dire, ceux qui haïssent tout ce qui est de nature moldue, bien évidemment) qui favorisent le prix du PQ à sa qualité. Parce que là, est la réelle source du problème. Adelphes de tout coin dans le monde, veuillez bien vous asseoir confortablement et retenir votre souffle, parce que ce que je m’apprête à vous annoncer risque de vous choquer à même l’âme, que dis-je, à même votre confort anal.

Êtes-vous prêt ?

L’êtes-vous vraiment ?

Soit, je me lance alors :

Il y a des êtres (impies soient-ils) qui préfèrent acheter du papier-toilette simple épaisseur parce qu’il revient prétendument moins cher que le papier-toilette double voir triple épaisseur.



..

Je sais. Croyez-moi, cher et chères vous, que je sais à quelle point cette nouvelle peut être dévastatrice. Comment font ces gens pour vivre avec le derrière irrité ? Comment font-ils même, pour se regarder dans la glace ? C’est une question que je me pose tout les jours et plus encore lorsque je me suis aperçu, alors que je faisais mes courses que les gens ne s’étaient pas gênés non plus pour dévaliser le stock de PQSE (PQ simple épaisseur, pour les non-initiés). Alors, je vous vois venir : « Mais Andreas, est-ce que tu veux vraiment punir les gens pour avoir acheté un beau-papier toilette avec des motifs de billets de banque malgré le fait qu’il n’y ait aucune épaisseur, en soi, et ce, durant une pseudo-pénurie ? Est-ce que ce n’est pas plus dévastateur encore, que ceux qui ont décidé qu’ils pourraient très bien faire sans, le temps que les directeurs de magasin descendent de leurs grands chevaux avec leurs foutue flambée des prix, parce que sans déconner, un putain de rouleau de papier-toilette à 5€, faut pas déconner non plus ? »

Absolument.

Lorsque l’on est soucieux du bien être de son fessier, on prévoit. On achète par lot de 150, que l’on stock au réfrigérateur même, si cela peut vous faire plaisir, mais jamais Ô grand jamais, on ne s’essuie le cul avec du papier plus irritant encore, que du chiendent. Que le sort s’acharne sur celles et ceux qui préférent terminer le mois le ventre plein, que la peau du cul, aussi douce que celle d’un nouveau-né. Alors responsabilisez-vous un peu, volez l’argent que votre arrière-grand-mère cache dans son soutien-gorge s’il le faut, mais par pitié : prenez soin de votre séant.

Et puis surtout, surtout : cessez d’essayer de tirer la chasse après avoir foutu quinze feuilles de sopalin dans le WC. Il va finir bouché. Je le sais, vous le savez, tout le monde le sait : l’essuie-tout n’est pas fait pour ça (testé & non-approuvé, du coup.)

Maintenant que mon devoir a été accompli et que vous êtes désormais des gens un peu plus responsables et moins égoïstes vis-à-vis de votre derrière (parce qu’un bon bodyshame ne se refuse pas voyez-vous) je vous laisse sur une citation qui ne vient pas de mon grand-père, parce que je n’ai jamais eu le bonheur de discuter du PQ avec lui :
 

« Tousiours laisse aux couillons esmorche
Qui son hord cul de papier torche. »


Que pensez-vous de cet article patate ? Le défi a-t-il été relevé pour vous ? Quel thème nous proposez-vous pour la prochaine édition ? Ça se passe dans les commentaires !

 

https://zupimages.net/up/20/14/f25f.png