mercredi 8 janvier 2020

Bonnes résolutions Poufsouffle pour la nouvelle année

 

Après les bonnes années, l'abus de nourriture et les fêtes en famille, il est temps de retourner au charbon. Et avec janvier, outre les cartes de vœux qu'on n'écrira jamais, viennent les bonnes résolutions. Bon il faut être honnête, on ne les tiendra pas non plus… Mais rien qu'y penser, c'est une étape importante et ce n'est pas cette boule d'amour de Popale qui dira le contraire.

Mais nous ne sommes pas n'importe qui. Nous sommes des Poufsouffle et c'est quelque chose qui imprègne tout notre être et notre psychisme. C'est sans doute aussi la raison d'être de notre état mental plus que déplorable. Et c'est aussi ce qui doit venir influencer nos bonnes résolutions. Alors pour les retardataires, tata Jade a décidé a donner sa liste de bonne résolution spéciale Poufsouffle.

1. Moins courir tout nu sur la réserve. Cela évitera les saignements de nez et les malaises de ceux qui ne sont pas habitués à nos physiques d'athlètes.

2. Faire un régime. Et oui on mange Appa, on grignote, on boit et finalement la graisse s'installe. C'est pas bien tout ça…

3. Faire plus de calins aux gens. Avec l'arrivée massives de réfugiés d'autres maisons le taux d'amour par heure dans la maison a dangereusement diminué. Il faut y remédier. Au pire, ça fait toujours un bon plan pour conquérir le monde.

4. Prendre un abonnement à la salle de sport à Pré-au-lard. Dans la lignée du point numéro deux, on remarquera que le petit bidon, c'est pas très aérodynamique sur un balai… Donc on se bouge le popotin et comme ça on finira peut être par la gagner la coupe de Quidditch

5. Se battre pour avoir la coupe des quatre maisons. Avec le nouveau système, on a une chance de la gagner donc on passe la seconde!!!

6. Ecrire pour les crocs. Oui, bon, il n'y a aucune raison particulière à cela mais on ne va pas me reprocher de prêcher pour ma paroisse…


On a tous moyen de trouver des bonnes résolutions en accord avec nos valeurs, même si on ne les tiendra pas forcément. Mais après tout, chaque long voyage commence par un premier pas… Et vous, quelle bonne résolution avez-vous prit?

 

Poufsouffle, c'est quoi ?

@Nessie Mangas

 

En tant que Chroniqueuse la plus veille sur le site (de 4 mois et demi, sisi), je pense donc être bien placée pour placer pour parler de notre maison qui est . Attention, tout cela n’est pas exhaustif et n’est que quelques points d’une liste bien plus longue.

, c’est un état d’esprit et des valeurs. La loyauté. La sincérité. La solidarité. Le respect. La créativité. Le seul péché dont on peut accuser la maison, c’est la gourmandise. C’est des délires parfois… étranges : la nudité, le deal, l’amour. La manière de marier tout le monde avec tout le monde. L’exemple au moment où j’écris cet article, c’est Saskia avec Looedy ou Gus et Inwe - allez m’expliquer pour ce dernier couple. Les jeux made in Bepo avec ses bingos infernaux et ses Burger Quiz mémorables. Le bizutage - en toute gentillesse, on est à Poufsouffle (a) .“ C’est quoi, la gentillesse, ça se mange ? “ Non. C’est juste moelleux comme un gâteau. Mais revenons à nos moutons, voulez-vous ?

, c’est aussi une communauté. Je ne citerai pas de nom au risque que cet article soit beaucoup trop long et que vous passiez la nuit dessus - ou la prochaine année. Mais nous sommes un ensemble, un tout. Une équipe qui, comme toutes, a ses hauts et ses bas. Nous n’avons certes pas gagné la coupe depuis un moment. On termine souvent deuxième ou dernier de la coupe depuis la 52e coupe des maisons, gagnée sous Cora Clark début 2018. Mais les plus belles victoires sont les plus rares parce qu’on y donne toute son âme. Quand on gagne, c’est parce qu’on y donne toutes nos forces et notre motivation. On est victorieux quand il le faut, ni plus ni moins.

, c'est des couleurs. Le jaune et le noir. Nous sommes les seuls à ne pas posséder de métaux sur notre blason. Mais c'est cela qui rend la maison unique. Le jaune, c'est le Soleil. La joie. La fête. Et le noir, c'est l'ombre que tous les gens possèdent quelque part en eux. Leurs peurs. Leurs tristesses. Leurs désespoirs. Bref, ce qu'on appelle un paradoxe qui décrit assez bien la maison et ses membres.

, c'est un accueil chaleureux. Tant pour les nouveaux que pour les plus anciens. La porte n'est jamais fermée. Les membres s'identifient facilement à leur arrivée. Car personne n'est rejeté. Helga accueillait tout ceux qui méritait un enseignement, et c'est cet esprit qui se perpétue encore aujourd'hui.

, c’est un blaireau. Un animal plus petit que ses congénères - un aigle, un serpent, un lion - et non-dangereux. C’est sur ce dernier point que l’erreur se trouve. Car les blaireaux possèdent des dents et de solides griffes capables de blesser. C’est une boule de poils très gentils mais capable de blesser. Pensez-y : c'est à manier avec précaution.

, c'est une maison souvent taxée de niaiserie. Il est vrai que, de près comme de loin il y a beaucoup de cœurs. Beaucoup. Beaucoup. De cœurs. Partout. Il n'y a pas de honte à l’assumer. Mais ce n'est point quelque chose de bête, de sot ou futile. Non. C'est juste quelque chose de simple, de spontané, qui n'a rien à voir avec une basse intelligence. Cela vient simplement de l'expression de quelque chose qui vient justement du cœur.

, c'est aussi évidemment un goût notable pour le cannibalisme, encore plus prononcé que dans les autres maisons. On mange beaucoup de personnes. J'aimerais pouvoir dire que c'est l'expression de l'amour... et en vérité, c'est en partie cela. L'autre partie, c'est juste de la gourmandise mais chut.

Bref, c'est beaucoup de choses. C'est avant tout une maison, une (seconde) famille pour nombre de personnes. C'est des rires pas toujours compréhensibles mais c'est aussi un bel état d'esprit.
 
 

Invasion à Poufsouffle

@Instagram Alexander Cho

 

Pour les plus vieux d'entre nous, on sait que Poufsouffle est une sorte de corps, quelque chose de vivant, composé de chacun d'entre nous. Et comme toute chose vivante, il lui arrive de somnoler ou d'avoir des poussées de vitalité. Et pour ceux qui n'aurait pas compris, on est pile dans ce moment de vitalité. Ce moment où la maison vit, respire, se bouge, où chacun fait de son mieux, les uns dans les devoirs, les autres dans les anims, sans parler des critiques, des rpgs, etc... Mais cette ambiance, elle se ressent dans tous les coins de la salle commune, quand la timidité fasse aux topics laisse la place à la curiosité, que ça s'agite dans la salle commune autant que dans les sous-section ou la Réserve, jusque dans les commentaires des Crocs, quand les nouveaux venus investissent les topics et réveillent les vieux blaireaux.



Ce dernier mois aura vu arriver près de 8 nouveaux Poufsouffle, dont une seule disparue, qui sont venus garnir les rangs de la maison, apportant chacun à leur manière leur touche à la maison, leur motivation, leur personnalité, participant à la vie de la maison et sa montée dans les sabliers.

On commence par , dernier arrivé du mois de décembre, il a réussit entre deux repas de fête, à trouver le temps de poster pas moins de 17 messages pour explorer un peu le site, aux côtés de Jade, sa marraine, et de poser les bases pour sa pensine où il s'affiche aux côtés d'une sorte de bison bleu, un cousin d'Appa probablement. Vous avez pu le croiser au bal de Noël, en compagnie de Marvin, dans le topic de discussion de la maison, et même pointant son nez dans les dortoirs et nul doute qu'il n'a encore que commencer son investissement dans la salle commune.

On peut poursuivre avec , présente depuis un petit mois, et qui avec ses 50 messages, s'est déjà baladé dans la salle commune selon son gré, ses humeurs, préférant découvrir le site en autonomie. Elle s'est déjà faite remarquer en étant au taquet pour la maison, notamment en ayant déjà fait gagner près de 100 points à la maison rien qu'avec les devoirs et il est bien possible qu'on ait aperçu son museau à la Réserve. Un p'tit brin de Poufsouffle à suivre...

Vient ensuite notre premier transfert,  qui a bien vite investit la maison, se familiarisant avec la Réserve, se soumettant à ses traditions, posant un pied dans la salle commune pour jouer les papas Noël avant de tenter quelques pas de danse au bal de Noël, toujours présent pour flooder et discuter. Les plus assidus l'auront vu pointer son nez dans les dortoirs et l'on raconte qu'il aurait aimé même postuler pour rejoindre la fantastique équipe des Crocs -on est jamais mieux servit en compliments que par soi-même.

Inscrite en milieu de mois,  n'est pas en reste car sur ses 10 jours d'activités -les vacances l'ont accaparés- elle s'est baladé quelque peu dans la salle commune. Quelque peu discrète, elle montre un intérêt certain à l'ambiance de la maison, aux devoirs et animations. Si vous ne l'avez pas aperçu, c'est que vous n'avez pas été assez attentifs, car la demoiselle s'est montré présente durant ces premiers jours à Poufsouffle. Espérons que la digestion se termine rapidement pour la voir vagabonder de plus belle...

Ancienne Serpentarde de renom,  s'est rapidement installée en salle commune avec un score de 165 messages en un p'tit mois, passant des topics de flood aux topics de Noël d'un claquement de doigt, s'amusant à vous pousser à révéler vos plus noirs secrets, forte de son nouveau poste arraché pour la gloire de Poufsouffle (gloire que l'on dévore, bien entendu, quelle autre utilité ?). Vous aurez surtout l'occasion, cependant de la croiser sur la Réserve où elle a prit ses quartiers pour y cacher ses bouteilles de rhum -ou emprunter celles de Gold, on sait pas trop.

Il est impossible d'oublier de mentionner , nom prédestiné à la mener à Poufsouffle. Hyper active dans les topics de rpg de la salle commune du Bal de Noël jusque dans la salle de bain des demoiselles, elle n'est pas la dernière à flooder et on la voit s'essayer régulièrement aux devoirs. Petit bijou d'activité, elle a encore énormément à offrir comme en témoigne sa participation au tournoi de duel ou au calendrier de l'après dans les dortoirs où elle semble y préparer son petit nid avec une camarade...

Enfin, le dernier nom, et non le moindre est celui de . Ancien Gryffondor redouté, il a investit la maison avec des idées plein la tête, prêt à bousculer les choses. A l'origine des duos pour se motiver pour la coupe, il n'est pas le dernier à l'oeuvre, en témoigne sa troisième place au tableau des points. Vous avez pu le voir dans le calendrier gourmand de Clarissa ou tenir compagnie à Lyanna au bal, il passe régulièrement sur la Réserve pour draguer Hope -monsieur connait les bails- et ça paye puisque du haut de son mois d'ancienneté dans la maison, c'est à lui que l'EdM a choisit de décerner le titre de Poufsouffle du Mois de Décembre !

 

Bienvenus à vous tous dans la famille des blaireaux, des bisons, des nudistes, des cannibales et autres joyeusetés ! Continuez de vous amuser, continuez de nous épater, et n'oubliez pas de manger ;)

 

Pourquoi devient-on chroniqueur ?

@Quentin Arnaud

 

Ceci n'est pas une pub.

Il y a cette équipe. Une équipe hétéroclite qui gravite autour d'une ou deux personnes et qui, peu importe la maison, peu importe l'équipe, donnent le "La" d'une section quand ce n'est pas celui de P12 entier. Ils sont là, vitrine de la maison, reflet de son ambiance, de ses délires, de ses valeurs, de ses réflexions, mettant en avant des membres, des animations, des sujets, des scandales et autres polémiques quand il ne s'agit pas simplement de mettre des paillettes dans nos vies.

Je ne voulais pas y entrer.

Quelques mois après mon inscription, ils étaient plusieurs à me demander que je candidate, que je postule.

Camden, CeC à l'époque et mon parrain, aimait ma plume, il apprenait à me connaitre et pensait que je pourrais apporter quelque chose aux Crocs. Non.

JBW. Chroniqueur à l'époque, joli plume dont j'espère, à mon tour, qu'il nous rejoigne, m'avait donné des coups de coude psychologiques. Fallait pas que je me fasse prier. Je finirais par y venir. Non.

Qu'est-ce que j'aurais raconté ? Pourquoi faire ? En aurais-je simplement le temps ? Et l'envie ? Non, l'envie, je ne l'avais pas. Chroniqueur, c'était un peu le genre de poste à la con dont vous savez que vous ne seriez pas mauvais, le genre de "pourquoi pas", mais pour lesquels vous n'avez ni envie, ni temps, ni motivation. Pourquoi se casser la soupière à créer une candidature pour quelque chose qu'on ne veut pas vraiment ? Se présenter, comme si j'avais envie de m'analyser en quelques paragraphes, présenter ses motivations, quand j'en avais aucune, écrire des articles, quand on a pas d'idées et qu'on aime pas se plier à un thème, au jugement d'autrui. Aucune envie que ma plume soit cruxifiée ou banalisée. Et pour faire quoi ? Faire ce que d'autres voient en soi ? Faire pour faire plaisir ? A-t-on envie d'être ce que les autres voient en nous ou est-on ce que l'on veut être ce que l'on ambitionne ?


Ne jamais dire jamais.

C'est par ma plume que j'ai touché aux Crocs, les Brèves de Gazette ont été ma touche, mon p'tit projet, mon p'tit bébé, mon envie de regarder les autres journaux sans haine, sans rivalité, cette rivalité que d'autres ont tant à coeur d'imposer. Suis-je moins Poufsouffle si je lis le Chicaneur ? Suis-je douteuse si je suis d'accord avec les propos polémiques d'Aidan ? Suis-je si méprisable si je ne méprise pas les illustrations du GT ? Ou peut-être était-ce l'inverse. L'ouverture d'esprit fait partie des valeurs de la maison. Tout cela n'est qu'un jeu, ne nous méprenons pas, mais est-ce un mal si on souhaite promouvoir quelques valeurs de maison ? J'avais envie de casser les préjugés, envie de montrer que partout se trouvaient de jolis plumes, et de jolis pinceaux, de m'amuser en comparant les critiques selon leur ancienneté, leur poste ou leur appartenance aux journaux. Etaient-ils plus sévères ? Plus indulgents ? Impartiaux ? J'aime comprendre, analyser, découvrir, m'émerveiller, alors j'ai décidé de partager cette partie de moi, un brin de ma vision des choses, quelque chose qui ne pouvait pas faire de mal en tout cas, quelque chose qui me semblait intelligent, recherché, pertinent, intéressant.

Mais la plume, c'est se livrer. Quand on écrit, on est en tête avec soi-même. Peu importe les mots que l'on couche sur le papier, que l'on tape sur le clavier, ils sont entre soi et soi, jusqu'à ce que tu cliques sur Envoyer. Mais que peut-on raconter réellement ? Comment rester intéressant ? Comment l'être réellement ? Suis-je trop subtile ? Trop trash ? Trop indélicate ? Trop sarcastique ? Trop banale ? Trop lisse ? Trop longue ? Alors, la plume se lasse quand elle a l'impression d'avoir épuisé un thème qui pourtant, tenait à coeur à l'auteur. Et quand la plume se lasse, quand l'auteur préfère rester entre soi et soi, c'est le pinceau qui prend le relais.

Il suffit d'un moment. Un moment de solidarité, d'entraide, quelque chose de fort, d'uni. Il y avait cette envie d'aider, de faire le maximum pour relever le défi, de faire plaisir et finalement, on se rend compte qu'on y prends plaisir. Et on se dit... mais en fait, ça me plait. C'est moins prenant que la plume, dans tous les sens du terme, et trouver de nouvelles idées, tenter d'exploiter des images de manière différente, originale, sympathique, cela me plait. J'ai réussis. Réussis à contribuer à une édition, vraiment, entièrement. Pourquoi ne pourrais-je pas donner un peu de temps chaque mois pour continuer à sublimer articles après articles ? Et puis, les illustrations sont souvent sous-estimées, reléguer au second plan, ce serait l'occasion de changer les choses, de faire un vrai travail graphique sur l'ensemble du journal.

Voilà comment on devient chroniqueur dans un journal. Il ne s'agit pas d'écrire ou d'illustrer à contre-coeur. De faire son boulot en fin de mois, ou tout début, parce qu'il faut bien rendre les choses à temps. C'est plutôt une envie d'offrir, une envie de contribuer. Mettre quelque chose en avant, que ce soit par la plume ou le pinceau, le mettre en valeur, le sublimer, l'exprimer, le crier, le hurler, l'exposer. Et c'est le plus beau dans l'illustration. Si l'on met une partie de soi, de ces goûts, c'est difficilement cernable, et au final, ce n'est jamais de soi-même dont il est question mais des autres. Et si l'altruisme n'est pas une valeur de Poufsouffle, nul doute qu'elle y aurait sa place à cet égard.


La question n'est pas donc de savoir si vous avez quelque chose à offrir, mais si vous êtes prêts à nous le donner, à l'exposer, à vous soumettre à un jugement, un avis, un regard, un commentaire. Si vous avez envie de donner le meilleur comme le pire de votre personnalité et de votre créativité, parce qu'on s'expose à chaque article, chaque illustration, que ce soit partiellement ou totalement, non pas au lynchage, ce n'est pas l'esprit de la maison, mais au regard et l'appréciation de chacun. Vais-je plaire ? Il est de la responsabilité de chaque lecteur de savoir qu'il a ceci entre ses doigts, sur son écran, et chaque chroniqueur, de ce qu'il offre librement, le temps d'un instant, avant de retomber dans l'oubli. Et à chacun de savoir quant il est prêt à sauter le pas, d'avoir l'occasion de toucher chacun·e qui effleura du regard vos images et vos mots, car chacun·e est un chroniqueur potentiel jusqu'au moment où il participe à la vitrine de la maison.


Ceci n'était pas une pub.

 

Brèves de Gazette

 


Chers camarades poufsouffle.

En cette période de Noël, vous, qui êtes des lecteurs assidus et confirmés, vous cherchez peut-être du bon contenu et des conseils avisés en la matière. Et en même temps ça se comprend, il y a tellement à faire sur ce site qu’on ne sait plus où donner de la tête !

C’est pourquoi j’ai décidé de rassembler les meilleurs des meilleurs, que dis-je, l’élite pédouzienne, pour vous donner des avis sur un article de chaque journal de maison et sur la gazette du sorcier. Cette élite, la BG (Brigade des Gazettes), composée de trois poufsouffle et autres pédouziens (un par maison), s’est donc réunie de manière très discrète et totalement anonyme afin de vous fournir des avis de qualité. J’ai eu l’honneur de présider cette réunion afin d’introduire chacun des articles, pour ensuite laisser place aux avis experts.

Voici un résumé de ce qui été soulevé.





C’est de la plume d’un Rédacteur en Chef sur le retour que nous commençons cette brève. Ray Paro nous signe une Lettre à la Gazette illustrée par la photographe Aaliya Whitewood.

Avis de la BG :

  • Avis Pédouzien : Dans cette lettre émouvante, Ray annonce qu’il reprend les rênes de la Gazette et se livre à elle à cœur ouvert et avec passion en lui transmettant son amour. Racontant à la fois son passé de ReC, ce qui l’a poussé à postuler à nouveau, et ce qu’il projette de faire, notre Ray Paro se dit maintenant plus serein et confiant pour la suite. Le format de lettre est donc très apprécié et original. Côté illustration, la bannière encourage le lecteur à lire. Cependant, une petite touche de couleur aurait pu rendre l’article légèrement plus agréable à lire.
  • Avis Poufsouffle : Un article où notre Ray Paro parle avec émotion de sa relation avec la gazette et de son parcours avec elle. La lettre peut être un peu à l’eau de rose pour certains, à quelques endroits, mais le tout reste très fluide, écrit avec beaucoup de poésie et assez sobre sur le plan visuel.


Note pédouzienne : Optimal
Note poufsouflienne : Optimal




Nous continuons ce mois de décembre avec un article provenant du chicaneur. Ecrit par un mystérieux fantôme, ce journal intime nous décrit l’envers du décor du Chicaneur. Il est illustré par Elea Loohest.

Avis de la BG :

  • Avis Pédouzien : Dans un style simple et épuré, on retrouve le quotidien d’un fantôme, via son journal intime, qui suit ce qui se déroule dans le journal de maison, du lendemain de sa parution jusqu’à la préparation et la parution suivante. L’humour employé dans les commentaires du fantôme permet de suivre cette histoire qui évolue de manière assez légère. La mise en page et l’illustration sous forme de multiples pages de journaux sont très originales et permettent une très bonne immersion dans l’article. Quelques détails comme souligner les dates à chaque page ou mettre l’écriture d’une autre couleur pourraient cependant rendre l’article un peu moins uniforme.
  • Avis Poufsouffle : L’idée de faire un article sous forme de journal intime est originale. L’aspect visuel final est convenable mais une autre police aurait pu améliorer la lisibilité. Si l’histoire racontée par le fantôme semble un peu décousue, les touches d’humour sont bien appréciées et facilitent la lecture.


Note pédouzienne : Optimal
Note poufsoufflienne : Efforts Exceptionnel




Nous enchaînons sur la VIPère qui nous propose un article tout en musique ! (Oui oui en musique, vous avez bien lu) Qu’est-ce que ça fait d’être un Serpentard ? Quelle vision ont-ils des autres et d’eux-mêmes ? La réponse se trouve dans cet article des Rusés écrit par Aileen Veran et graphé puis interprété par Altehir Nagini.

Avis de la BG :

  • Avis Pédouzien : Un article qui a le mérite d’exposer le point de vue des Serpentards sur leur maison. Si pour certains cela peut être synonyme de vu et revu de la part des Verts&Argents, le format de l’article est très intéressant de part son aspect entièrement illustré très réussi et, surtout, la musique chantée par Altehir qui accompagne le tout. La police utilisée dans les bulles au début de l’article n’est pas la plus lisible, mais cela n’empêche pas d’apprécier la suite et le travail fourni.
  • Avis Poufsouffle : L’association d’un article au visuel intéressant avec la reprise musicale est vraiment originale et appréciée. Les paroles sont bien trouvées et collent bien à la maison. La partie introductive est assez comique et permet une entrée en matière assez loufoque pour laisser place à la suite qui suit le même registre.


Note pédouzienne : Effort Exceptionnel
Note Poufsoufflienne : Efforts Exceptionnel




Nous concluons cette brève de début d’année par un article paru chez les lions ! Au travers d’un échange de lettres, Kono Prewett et Julie Lang nous décrivent les différentes traditions liées à Noël un peu partout autour du globe. Ce dernier échange est donc écrit par les deux Rouges&Or et illustré par Dakota Gilberti.

Avis de la BG :

  • Avis Pédouzien : L’article est très instructif et on voit que les deux rédactrices ont fait un vrai travail de recherche pour nous fournir ce descriptif des fêtes de Noël dans le monde. Le format épistolaire est très plaisant et plutôt original. Seulement, l’ajout de quelques photos pour illustrer permettraient une lecture plus immersive et faire un lien avec les différentes écoles de magie auraient été un petit plus.
  • Avis Poufsouffle : On a l’impression de lire un authentique échange entre deux personnes qui voyagent dans différentes destinations et nous en apprennent plus sur les traditions locales, tant sorcières que moldues. Un vrai travail de recherche a été fait et les informations ne sont pas amenées de manière artificielle. Quelques illustrations auraient cependant été les bienvenues.


Note pédouzienne : Effort Exceptionnel
Note Poufsoufflienne : Efforts Exceptionnel



Le journal dont l’article obtient les meilleures notes, côté poufsouffle comme pédouzien, et les meilleures appréciations est donc La Gazette, suivie par le Chicaneur qui a été préféré par les non-poufsouffle. La VIPère et le Gryff’Time se retrouvent quant à eux à égalité à la troisième place avec les mêmes notes des deux côtés, qui restent tout de mêmes bonnes !


C’est ainsi que se termina la réunion de la Brigade des Gazettes, dans une ambiance des plus secrètes, gardant ainsi mystérieuse l’identité de ses membres. Qui sont-ils ? En ferez-vous parti un jour ? La question reste sans réponse pour le moment. Mais nous pourrons nous retrouver le mois prochain pour de nouveaux conseils de lecture avec les meilleurs des meilleurs !

 

https://www.zupimages.net/up/19/49/hgjb.png?fbclid=IwAR20Q4Nbweol-hH44p9M_vUCrSN9KZovrBl3V3heKCwtwY7l2r31tD6sXVY