samedi 7 décembre 2019

L'heure du bilan ?

@mcptato

 

Les bons mots sont imparfaits

@Tumblr roscoff


Ecrire.
Pourquoi Ecrire ?

On écrit pour extérioriser, se mettre à nu devant un public, donner de sa personne dans un texte ou encore raconter quelque chose. Quel que soit le moyen utilisé, que l’on soit devant une feuille blanche ou devant un écran, on écrit pour s’exprimer.

Les raisons sont multiples et les destinataires peuvent également l’être. De la lettre à l’article de presse en passant par le roman, le but est de transmettre un message ou une histoire Le support employé en assure sa transmission, sa pérennité, et la recherche des mots utilisés en assure sa justesse et sa précision.

Mais comment trouver les bons mots ? Comment être juste ?

Une grande majorité s’accorde à dire que la langue française est très complexe et que son apprentissage en a fait pâlir plus d’un. Mais c’est cette complexité qui peut en faire sa beauté. C’est cette complexité qui permet de décrire avec justesse et réalisme des lieux, des actions, des sentiments ou des émotions. Sa bonne maîtrise demande du temps et de l’investissement. Peu de personnes peuvent d’ailleurs se targuer de la manier avec une précision proche de la perfection.

Trouver le bon mot parmi tous ceux disponibles, celui qui donnera le sens le plus juste et le plus pesé à notre message, est sans aucun doute un exercice difficile. D’ailleurs, au moment même où j’écris ces quelques lignes, j’écris, j’efface, je reviens en arrière, pour que les mots que vous lisiez ici même retranscrivent de la manière la plus fidèle le message que je souhaite faire passer.

Cependant, lors de la recherche du mot, ou du bon mot tout du moins, on en oublie souvent quelque chose d’essentiel. Si un cookie (mot bien évidemment prit au hasard) est désigné par le mot cookie, c’est parce qu’il est catégorisé comme tel. C’est parce que toutes ses caractéristiques font de lui l’aliment que l’on nomme le cookie. Et il en est évidemment de même pour toutes ces choses de la vie courante que l’on nomme d’une et une seule manière, parce que c’est ce qu’elles sont intrinsèquement.

Mais la réalisation de l’exercice qu’est celui de l’écriture est très personnelle car, comme dit précédemment, il revient à chaque personne de s’exprimer et de se dévoiler. Et c’est là qu’intervient le point central de mon message. L’exercice de l’écriture est personnel, unique à chaque personne qui s’y essaye. Il y a donc potentiellement autant de plumes différentes que de personnes qui existent. Ainsi, la notion du bon mot, dans cette quête de justesse et de précision est totalement subjective. Et elle est donc par nature imparfaite, mais personnelle.

Alors pourquoi tout ce texte ? Pourquoi dire cela ici ?

En tant que pédouzien qui s’adonne au plaisir de l’écriture, peu importe le sujet, la recherche de la meilleure formulation ou du bon mot est quelque chose qui peut parfois me bloquer et me poser problème. Que ce soit lors de l’écriture d’un texte RPGique ou d’un article, il m’arrive de ne pas savoir comment débuter mon texte, formuler la meilleure entrée en matière ou simplement mettre les bons mots sur ce qui me vient à l’esprit et que je souhaite transmettre.

Je profite donc de cet article, et ainsi de ma place dans cette équipe, pour vous transmettre le message suivant :

Lisez, écrivez. Apprenez cette langue qui peut vous paraître indomptable et appropriez-la-vous. Développez votre plume. Découvrez-vous, dévoilez-vous, et faites de l’écriture moyen d’expression.

Je ne prétends pas avoir la vérité universelle ou connaître le remède au problème de la page blanche ou de l’hésitation. Cet article constitue uniquement mon point de vue qui, je l’espère, pourra éventuellement vous faire rendre compte que l’écriture est personnelle et que de ce fait, les bons mots sont vos bons mots. Ils sont imparfaits, mais ils vous sont propres.

Alors prenez une plume et commencez à gratter ! Vous pourriez faire quelque chose de magique !


 

Peaky Badgers


Vous a-t-il déjà semblé qu'un blaireau pouvait être menaçant ? C'est vrai que quand on le voit comme ça, on a plutôt tendance à penser que non. Et bien détrompez-vous.
On ne va pas se mentir, vu de l'extérieur, notre maison est loin d'inspirer la crainte. On fait plutôt penser à une bande de hippies qui font régner la paix et l'amour. Et en un sens, c'est vrai que ça nous décrit bien à Poufsouffle : des membres relax, qui profitent des choses simples de la vie, savent qu'ils sont sur un jeu, partagent entre eux, se soutiennent et ne sont pas prise de tête. Or, « sans prise de tête » ne veut pas dire « sans profondeur ». Et c'est là toute la différence. En fait, notre maison peut parfois passer aux yeux des plus rageux pour une maison niaise, sans personnalité, sans grand intérêt en somme. C'est parce que ces personnes n'ont semble-t-il pas le sens de la nuance. Car rien dans la vie n'est tout blanc ou tout noir, et à Poufsouffle tout n'est pas tout rose non plus. Sur P12, c'est un groupe d'individus, qui évoluent à travers leur personnage sur le site (de manière RPGique ou non d'ailleurs), et dont les personnages partagent en principe des valeurs communes à la maison. Mais bien entendu, les critères de la maison ont des limites. De la même manière que sur le site on ne retrouve pas à Gryffondor que des courageux, à Serdaigle que des érudits et à Serpentard que des rusés ; et bien à Poufsouffle il n'y a pas que des gens justes, loyaux et travailleurs. Ça ne veut pas dire qu'il n'y en a pas, ou qu'une grande partie de la maison correspond à ces critères ; cela veut simplement dire que ce n'est pas TOUT ce qui nous définit.
 


Alors il est parfois simple de catégoriser et de se moquer de notre maison, en insistant sur des délires inhérents à la maison. Bien que le fait de se moquer de la gourmandise n'est plus franchement de la première originalité. Moquez-vous plutôt du kiki de Bepo quand il court tout nu sur le Stade ça changera un peu du disque rayé. Mais pour ceux qui critiquent chez nous, il est sage de d'abord balayer devant sa porte. Car quand on est bien chez soi, on ne va pas zieuter comment ça se passe chez le voisin (à moins qu'il soit très sexy). C'est mon avis. Ainsi, je vais m'en tenir à mes principes et je ne parlerai plus dans cet article des autres maisons. En réalité, il n'en est nul besoin. Car nous avons au sein de Poufsouffle de vraies forces vives, des nouveaux prometteurs, ou bien des anciens qui sont toujours dans le game, de bons RPGistes comme Remi (et aussi des mauvais, dont moi on va pas se mentir), de bons pointeurs, des personnes actives (et d'autres un peu moins). En fait, Poufsouffle c'est un melting pot de tout un tas de nuances de personnes. Et tous se retrouvent dans cette maison pour une bonne raison. Pour certains, ce ne sera pas forcément parce que cela colle à qui ils sont IRL, mais parce qu'ils cherchent la bonne ambiance et la gaieté qui résonne entre les murs de la salle commune. Pour d'autres ce sera parce qu'ils ressemblent comme deux gouttes d'eau à Helga. D'autres encore ont peut-être même rejoint nos rangs pour obtenir un autographe de la Ministre Adjointe, que sais-je ? Ce qui est important c'est que chacun ait une bonne raison de se retrouver à Poufsouffle. Et ce qui est encore plus important, c'est que tout le monde soit capable de le respecter.
 


Alors, avis aux amateurs de la série Peaky Blinders, on a peut être pas Thomas Shelby parmi nous pour faire régner l'ordre, mais chez les « Peaky Badgers » on a Tara et son duo de préfets qui peuvent parfois se montrer machiavéliques. On ne se méfie pas du blaireau qui somnole, et à juste titre. En témoigne la dernière coupe des quatre maisons qui vient de s'achever et où nous n'avons pas franchement brillé. Mais un blaireau, s'il est motivé, surmonte toutes les difficultés.
 


Je finirais par rappeler que ceci n'est qu'un article, et qu'il est bien entendu à prendre au 43ème degré. Attention spoiler : les chamailleries inter-maisons ont toujours fait partie de l'univers d'Harry Potter ! Alors restons cool et relax, mais pas trop non plus, on a une coupe à remporter !


Le jour où tout à basculé




Mesdames et messieurs, l'heure est grave !

Pourquoi ? Parce que MMP12 est (enfin) terminé, Hope a perdu le sens de sa vie, que va-t-elle pouvoir faire maintenant ? Et bien, déjà reconnaître que tout cet amour, ce soutien à JBW était ... faux. Oui chers lecteurs, moi aussi je pensais son amour pur et sincère. Tout ça par opportunisme, bravo la préfète en carton.

Preuve capitale ici

Maintenant, le choc passé, j'ai ressorti une nouvelle fois mon trench, ma loupe et je suis partie enquêter au plus haut niveau, grâce à des relations très très pratiques. Au début, ils étaient nombreux à vouloir devenir Miss & Mister Poufsouffle. A la fin, il n'en resta que deux : Jade Redun et Jean-Baptiste le relou White. Là, c'est la panique (sisi), on va se coltiner un JBW x1000 pendant 1 mois, la loose.

Comment vous dire que maintenant qu'il est élu, on est encore plus dans la mierda. Comment un escroc de première, un touriste, a-t-il pu devenir Mister P12 ? Pourquoi Jade n'y est-elle pas arrivée malgré son acharnement, son dévouement et son obstination ? C'est une nouvelle enquête de Bianca, votre enquêtrice dévouée, prête à résoudre les mystères et qui sait, la corruption au plus haut niveau de l'état pédouzien.

Cette affaire a commencé salement, oui, car avant de devenir Mister P12, le relou a du devenir Mister Poufsouffle. Là, mon enquête a rapidement été plié, j'ai trouvé l'explication sans aucune difficulté, tout le monde a d'ailleurs pu être le témoin de cette sordide affaire.

Mesdames et messieurs, la coupable n'est autre qu'Hope Moore ! Encore elle ! Pourquoi ? Parce que c'est la best friend forever de JBW, infirmière, toussa toussa. Tout le monde a pu assister à leurs échanges sur la #reserve, poussé par sa complice Remi à se présenter à l'élection, il n'aura suffit à JBW que de quelques billets, conseils de réussite et autres moyens de corruption pour être élu.

Petite minute de silence pour le pauvre Toma, recalé pour de si basses raisons, lui qui était si prêt à être Mister Poufsouffle.


Le relou est là, prêt à en découdre (pas du tout) pour obtenir le titre convoité (pas du tout ou presque). Mais voilà, personne à l'horizon qu'il puisse soudoyer aussi facilement qu'Hope (RIP). Une seule solution, la menace. J'ai pu recueillir le témoignage d'E**ana Spl**n, membre anonyme des Gardiens, qui a subit les pressions de JBW. Un témoignage révoltant et triste.

E**ana Spl**n : J'ai été menacé, toute ma famille risquait de RIP si je n'obéissais pas à ses menaces. Evidemment, au début il a essayé de convaincre Jade de le rejoindre mais elle était trop intègre pour cela. Ma pauvre maminette, comment a-t-il pu la menacer ? La pauvre a déjà tant souffert avec la perte de Poupette, son petit chihuahua. Poupette qui a d'ailleurs été assassiné par nul autre que JBW !

Diantre, il a osé. S'attaquer à la pauvre Poupette pour menacer une petite vieille, c'est honteux. Et ce genre de menace, tout l'équipe en a été victime, toutes les maminettes et autres Poupette, personne n'y a échappé. C'est grâce à cette machination des plus machiavéliques qu'il a atteint la première marche.

Rassurez-vous, votre enquêtrice ne lâchera pas l'affaire, grâce à mes relations, je compte bien rétablir la vérité ! Chère maison, chère Jade qui a résisté, restant intègre, ne vous inquiétez pas, justice sera faite.

Pour Poupette et toutes les autres victimes.

 

Cet article est peut-être faux, peut-être que la témoin est factice. Toutefois, une chose est vraie, JBW est vraiment un relou. Paix et amour sur les Poufsouffle.

Comme d'hab, vive le second degré.



Les crocs s'invitent en salle commune pour noël


Yo les blaireaux !

Noël approchant à grand pas, la petite équipe des Crocs a décidé dans un élan de bonté incomparable de participer à l'ambiance de Noël en se montrant belle et généreuse.

Nous avons en effet décidé d’écrire de toutes pièces un conte de Noël. Mais ce ne sera pas n’importe quel conte ! Celui-ci sera 400 % Made in Poufsouffle et VOUS pouvez y apparaître.

Une question doit donc rapidement vous venir en tête : mais comment que ça se passe pour que j’y apparaisse ?

Et bien pour cela, rien de plus simple : il vous suffit de commenter cet article en mentionnant le fait que vous souhaitez apparaître (ou en louant Jade ou n'importe quel autre membre de l'équipe des Crocs, on aime être aimé (a) )

Petite précision cependant : comme tous les lecteurs des Crocs ne pourront pas y être, seuls les cinq premiers à commenter, et ayant posté jusqu’au 15 décembre inclus au plus tard, seront sélectionnés.

Une fois le conte écrit, notre petit chef d'oeuvre sera déposé dans le bureau du journal. Donc restez à l’affût !

Ceci implique une deuxième précision : le résultat apparaissant dans la salle commune, seuls les commentaires des Poufsouffle seront pris en compte pour être intégrés au conte de Noël.

En espérant que l'idée vous plaira autant qu'à nous et que le conte sera à la hauteur de vos pupilles, foncez dans les commentaires avant qu’il soit trop tard pour être mis à l'honneur pour nos chères fêtes de fin d'année.