vendredi 6 mars 2020

Edito

 

Et oui, nous revoilà, en retard comme toujours mais là je plaide coupable c'est entièrement ma faute! Heureusement, j'ai une équipe formidable derrière moi et une préfète en or pour rattraper mes bêtises... Peut être un jour je deviendrai la CeC parfaite... Mais c'est pas encore pour cette édition!

Dans la rubrique bonne nouvelle, nous avons un nouveau thème graphique designé par Orla. On peut la féliciter parce qu'il est vraiment magnifique. Et pour rester dans la partie illustration, je vous annonce qu'un nouvel artiste se joint à l'équipe. Vous l'avez vu se battre avec son logiciel, il s'agit bel et bien d'Andreas, bravo à lui!

C'est encore une belle édition de 17 articles que nous signons là. Alors n'oubliez pas d'innonder d'amour les commentaires, le bureau mais aussi les pv des membres de l'équipe. je compte sur vous. Et si vous voulez tenter l'aventure, pour l'écriture ou l'illustration, ne serait ce que pour une édition, ma volière vous est ouverte.

Sans vous embêter plus longtemps, je vous laisse découvrir cette édition et je vous dis à dans un mois.

Bonne lecture!

Le mois de mars dans le bureau des crocs

https://www.zupimages.net/up/20/10/00c1.jpg


QUAND TU DÉBARQUES DANS L'EQUIPE ET DÉCOUVRE UNE NOUVELLE SALLE


QUAND TU ES CONTENT DE VOIR UNE CANDIDATURE PUIS UN NOUVEAU INTÉGRER L’ÉQUIPE


QUAND TU INCARNES LA MODE POUR FOURNIR DES ILLUSTRATIONS AU POINT


QUAND JADE ARRIVE DE BONNE HUMEUR DANS LE BUREAU


QUAND MARC EST DE RETOUR


QUAND TU TE MOTIVES POUR COMMENCER TES ARTICLES EN DEBUT DE MOIS


MAIS QUE LA FLEMME REVIENT AU BOUT DE TROIS JOURS


QUAND L'EQUIPE PRIE POUR QUE LE DOT FONCTIONNE LE JOUR J


QUAND L EQUIPE ORGANISE UN REPAS DANS LE DOS DE JADE


QUAND JE REMARQUE QU'IL Y A 29 JOURS EN FEVRIER DONC UN JOUR DE PLUS POUR FAIRE SES ARTICLES ET FINIR SES PROJETS


MAIS QUE MON ORDINATEUR, SI FIABLE HABITUELLEMENT, ME LÂCHE


QUAND HOPE ME DIT DE FAIRE ATTENTION DANS MES ARTICLES PARCE QUE J'AI ETE UN PEU VIOLENT


LES POUFSOUFFLE APRES LA VICTOIRE EN COUPE

 

https://zupimages.net/up/20/10/ayg4.png

Retour vers le futur

https://www.zupimages.net/up/20/09/uqyi.gifhttps://www.zupimages.net/up/20/10/54ie.png

L'aventure d'une publication


 

Histoire de Poufsouffle

Après avoir présentée la fondatrice de notre maison, j'ai décidé de vous présenter aujourd'hui un personnage qui porte haut les couleurs de notre maison. Je parle évidemment de Nymphadora Tonks, aussi connue sous le nom de "Tonks" tout court.

On en sait beaucoup à propos de ce personnage. Tout d'abord, Nymphadora Tonks née en 1973 dans une famille de sang-mêlé. Son père, Ted Tonks, est né-moldu et sa mère, Andromeda Tonks (née Black) est une sang-pur. En grandissant, Nymphadora Tonks préfère que son entourage l'appelle par son simple nom de famille et rejette son prénom - choisi par sa mère - qu'elle trouve “débile”.

Elle entre en 1984 à l’école de Sorcellerie Poudlard et est très vite répartie à Poufsouffle. Elle n'est pas nommée préfète, car "elle ne savait pas se conduire convenablement". Cependant, elle a sûrement dû être une élève douée, car il faut avoir de très bons résultats pour prétendre devenir Auror. Elle obtient ce poste en 1994, après trois ans d'entraînement intensif - même si elle faillit rater les épreuves de filature et tapinois.

Elle possède également la capacité d'être Métamorphomage, c’est-à-dire qu’elle peut changer son apparence à volonté. Cela l’aide à se dissimuler, mais elle l’utilise aussi pour s’amuser et amuser les gens selon ses envies. C’est une sorcière au teint pâle et aux yeux sombres et brillants. Ses cheveux courts sont souvent d’une couleur extravagante (rose ou violette). Elle aime faire rire les autres. Très enthousiaste, elle se fait facilement des amis. 

D’un naturel très curieux, elle est toujours ravie d’en savoir plus sur le monde des moldus, d’où est originaire son père. Son grand défaut est sa maladresse: elle fait régulièrement tomber des objets et les casse parfois. D’ailleurs, le nom "Tonks" pourrait venir de l'onomatopée Tonk désignant un objet lourd en train de tomber, ce qui peut faire référence aux nombreuses maladresses de Nymphadora.

Nymphadora Tonks est approchée lors de la reformation de l'Ordre du Phénix qu'elle rejoint en 1995. Elle utilise son poste d'Auror au ministère pour servir d'espion à l'Ordre du Phénix et ainsi fournir de précieuses informations à Dumbledore et au reste de l'Ordre. Elle est ainsi présente lors de la bataille du Département des mystères et combat Bellatrix Lestrange qui lui fait perdre connaissance. Elle apprend par la suite la mort de Sirius Black, son cousin.

Elle se reproche par la suite la mort de celui-ci. Sa déprime affecte ses pouvoirs de métamorphisme et sa capacité à changer d'apparence. Cela s'accentue au cours des mois qui suivirent par le refus de Remus Lupin d'entamer une relation amoureuse avec elle. Son patronus corporel de lièvre se change en loup du fait de ses sentiments et elle perd la capacité à bien maîtriser son pouvoir de Métamorphomage.

Après la bataille de la tour d'astronomie à laquelle elle participe, elle a une explication franche avec Remus Lupin sur son refus d'entamer une relation intime avec elle. Remus Lupin finit par abandonner ses réticences vis-à-vis de sa différence d'âge avec Tonks ou de son statut de loup-garou et accepte de se mettre en couple avec elle.

Elle participe à la bataille des sept Potter en formant un tandem avec Ron Weasley. Ils sont pris en chasse par des Mangemorts menés par Bellatrix et Rodolphus Lestrange. Le tandem arrive à blesser Rodolphus et à prendre la fuite sans parvenir au Portoloin à temps pour rejoindre les autres au Terrier. Tonks perd ce soir-là son mentor Alastor Maugrey qui l'avait prise sous son aile et en avait fait sa préférée au sein des Aurors.

Le couple donne naissance à un fils nommé Ted en 1998, en souvenir de son grand-père récemment assassiné par les Mangemorts. Tonks meurt, en même temps que son mari, dans la bataille de Poudlard. Elle est tuée par sa tante Bellatrix Lestrange. Son fils hérite de ses pouvoirs de Métamorphomage et sera élevé par sa grand-mère, Andromeda et visitera souvent son parrain, Harry Potter.

Ainsi, on peut dire que Nymphadora incarne admirablement les valeurs de la maison. Elle a su étudier et se dépasser pour atteindre son rêve. Elle est restée loyale envers sa famille et ses amis. Aux valeurs de sa - notre - maison. Elle a toujours pris à cœur d’aider les autres à la hauteur de ses moyens. C’était aussi une combattante. Elle a su croire en l'amour, au destin, sans jamais baisser les bras. Elle n’a pas hésité à prêter main forte quand on avait besoin d’elle. Elle a été courageuse et altruiste jusqu’à sa mort. Elle s’est toujours trouvée en première ligne pendant la Seconde Guerre des Sorciers.

 

Il faut sauver le soldat Cohérence !

Je tiens à commencer avec quelque chose de simple : cet article n'engage que moi, donc avant de hurler quoi que ce soit dans le MoMa, qui n'est toujours pas un Open Space, merci de réfléchir autant qu'il vous est possible.

Maintenant, ça commence. Après la page de pub.

BIEN ! Alors, la cohérence, ça vous parle ? Non. Je me disais bien aussi. On ne la voit plus beaucoup en ce moment. En fait, je vais vous parler de la cohérence RPGique, celle qui t'empêche de dire que ta mère c'est Bellatrix qui a rencontré un centaure dans la forêt avant de te vendre à des pirates qui t'ont appris comment faire un horcruxe avec des cadavres de poulpes.

Vous me direz, qui empêche Toma (oui, on sait que c'est toi qui voulait jouer ça, Toma) de faire ça ? C'est son personnage et il en fait ce qu'il veut, non ? En théorie oui, car, de toute façon, en théorie tout se passe bien. Sauf que non. Si on veut éviter que nos personnages préférés aient des arbres généalogiques radioactifs, et des histoires qui finissent par le mariage entre Toma et un Musard, il faut un minimum de règles. Le problème c'est que certains refusent ces règles, qui, sur P12, sont pourtant très simples.

Soyez lo-giques. Logiques. Déjà, on ne veut pas que vous vous affiliez à des familles créées par Rowling, ou au moins, pas de trop proches pour évitez les "j'ai dîné chez Tonton Harry, il va te mettre en prison". Ca n'empêche pas que vous puissiez vous inventer une famille qui finira tout aussi intéressante (voire plus) ! Regardez Camille Dubois, je veux pas dire, mais aujourd'hui on en entend plus parler que les Potter !

Maintenant, abordons le second point qui me fait saigner du nez : les britanniques sont stériles ? Nan je demande juste hein... nan parce que bon, je crois que Poudlard12 accueille plus d'élèves étrangers que d'élèves britanniques. C'est à se demander où ils sont passés ceux-là ! Je crois que je vais demander à supprimer la particularité d'élève international du coup... où la transformer en "élève britannique"... 

Quoiqu'il en soit, je sais qu'on a toutes et tous un pays qui nous fais rêver, et on aimerait que notre personnage vienne de là-bas, mais voyez les choses autrement ! Prenons Romuald. Romuald est Anglais, l'un de ses parents aussi, mais l'autre vient du Gabon, ce qui fait qu'il a la chance de connaître des éléments de cette culture, et même parfois, d'y aller ! Pourtant ça n'enlève rien au fait qu'il ait grandi à Portsmouth. Soyez comme Romuald.

Attention. On rentre dans du lourd là. CHRISTINE POSE CE COUTEAU !

Je vais vous parler de Christine, comme vous avez pu le deviner. Christine est la fille de quelques PNJs créés par sa créatrice, et a grandi au Royaume-Uni. Jusque-là tout va bien hein ? Oui. Sauf que Christine à 11 ans, parle cinq langues différentes, maîtrise les Arts Martiaux et est capable de vous paralyser de peur d'un simple regard. Ouais, c'est Christine quoi. Ne soyez pas comme Christine.

J'aimerais aussi que mon personnage soit bilingue, capable de faire du tutu sur une corde suspendue à plus de 800 mètres de haut et puisse comprendre Toma au quotidien, mais soyons réaliste. Par exemple, Archie à la particularité Prodige. Je l'utilise comme le fait que son esprit assimile les choses plus rapidement que la moyenne, et surtout, les enregistre pour toujours. Cette capacité, il l'utilise surtout dans un domaine précis où il s'est spécialisé, même si ça l'aide pour tout un tas d'autres choses... mais pas le lancer de couteau. Ni le dressage de bison...

Et ça me mène au dernier point. Les personnages parfaits. Ceux qui, même s'ils se brûlent, ne ressentent rien et ne laissent rien paraître. Ne rien laisser paraître, si vous êtes un occlumens incroyable ou une âme pervertie par un horcruxe, d'accord. Mais stop quoi. Tous les enfants de 13 ans, ni même les professeurs de 22, ne peuvent pas afficher non-stop un masque de froideur et d'antipathie. Faites des personnages imparfaits, qui vivent leur vie et on leurs propres idées et une volonté qui leur est singulière ! Le Monde Magique ne serait-il pas plus beau si il était parcouru de mille couleurs ?

Quoiqu'il en soit, je vais vous donner un dernier conseil, et qui est, je pense, le plus important : vos personnages sont les vôtres. Alors jouez-les comme vous voulez qu'ils soient.

Aimer, c'est ce qu'il y a de plus beau.

https://www.zupimages.net/up/20/10/0nzf.png

 

Ils sont niais. Mais ils sont niais. Mais c'est quoi tout ces cœurs qui sortent de partout ? Et ces câlins ? C'est pas à Poudlard que je suis rentrée mais à bisounours land.

 

Voilà à peu près ce qui m'a traversé l'esprit quand j'ai découvert le site et à fortiori les trois-balais... Et regardez aujourd'hui où j'en suis rendue... Pourtant je ne savais pas aimer. Parce que pour moi aimer c'était mal. Aimer ça faisait mal. Alors, pour ne pas faire d'erreur, je me suis promise de rester loin des gens, de coller à mon personnage rpg même sur les trois-balais. Je n'ai pas réussi.

 

J'ai essayé pourtant.

 

J'ai fuis les gens, je me suis montrée désagréable, j'ai dit les pires bétises. J'ai tout fait pour ne pas me retrouver contaminée par cet état étrange qui semblait se répandre comme un virus parmi les nouveaux. Après tout, je n'étais pas obligée de nouer des relations par écran interposés.

 

J'ai essayé. Puis j'ai cédé.

 

J'ai cédé parce que les gens sur ce site sont facile à aimer. Oui, facile parce qu'ils savent voir au delà des apparences. Ils perçoivent la petite boule d'amour qui se cache derrière la grosse carapace.

 

C'est beau l'amour. On peut aimer de milles manière différente et aimer chacun avec la même intensité. C'est un mot extensif, générique mais qui cache tellement de choses. Mais surtout c'est quelque chose qui n'est pas inné. On apprend à aimer la réserve. On apprend à aimer sa maison. A Poufsouffle on apprend à aimer le naturisme...

 

Et c'est parce qu'on a appris à aimer qu'on se bat pour cette maison et qu'on pleure quand la coupe nous échappe (hug à l'équipe de quidditch à propos). C'est parce qu'on a appris à aimer les pedouziens qu'on fête leurs victoires et qu'on les soutient dans les moments difficiles.

 

J'ai appris à aimer P12.

 

J'ai appris à aimer Poufsouffle.

 

J'ai appris à aimer les gens.

 

Alors aujourd'hui, moi petit hérisson devenu chaton je peux le dire, oui aimer c'est beau. Cela fait parfois mal. Cela fait souvent chier. Mais oui c'est beau. Même si je dois me rendre à l'évidence : je suis devenue niaise.

https://zupimages.net/up/20/10/bnaa.png

 

Écrire

Écrire. Coucher ses mots sur le papier. Tracer les lettres une à une. Libérer son esprit des tas de pensées qui l’agite. Ce sont des choses que nous faisons tous les jours. C’est une forme de communication aussi vieille que l’existence des hommes ou presque. Elle a revêtu diverses formes jusqu’à notre époque et permet donc de formuler nos pensées, de leur faire prendre forme.

Écrire permet de passer de l’abstrait au concret. Du “je pense à…” à “j’écris que..”. De pouvoir faire les liens de manière visible et non dans un vague brouillard où on ne voit qu’une partie du tout. Mettre les mots sur les choses permet de les comprendre en prenant son temps, car elles ne risquent pas - plus - de s’en aller, de se modifier : elles restent figées. On peut ainsi prendre du recul sur les choses, comme si on était un.e autre, prendre de la distance avec notre cerveau quand celui-ci pense trop.

On peut se relire à volonté ou alors ranger tout simplement sa feuille/son carnet/autre quelque part et ne plus y toucher. Pendant un temps oublier même l'existence de cet écrit. On est libéré de cette (ou ces) pensée.s : notre cerveau n’a plus à les retenir, à s'en soucier. On peut donc passer à une autre idée, à une autre réflexion. On garde une trace de notre pensée pour ne pas la perdre, mais on peut la poser de côté. Tous les parasites de notre cerveau ne sont plus.

Mais, est-ce que c’est seulement ça, écrire ? Pourquoi est-ce qu’on écrit autant, même quand ce n’est pas pour communiquer ? 

Parce que ça fait du bien, tout simplement. On se concentre sur une chose et on oublie le reste. On essaie de transmettre, de faire comprendre. De laisser une preuve de notre existence, montrer notre vision du monde. C’est être sincère, car on est face à soi-même. Nos phrases, nos mots, c’est nous. Nous sans artifice. Nous avec nos envies, nos peurs, nos sentiments.

On écrit parce que c'est plus facile que de dire les choses. On a parfois du mal à aller spontanément vers les autres. À exprimer ce que l'on veut, sous le regard de l'autre. On se sent jugé(e), on bafouille, on ose pas, on oublie ce qu'on voulait dire. Alors que, quand on écrit, on peut prendre le temps. Le temps de se faire comprendre grâce aux bons mots. D'exposer notre point de vue sans être coupé(e). Exprimer ses sentiments est plus aisé par écrit. C'est comme si on prenait le destinataire par la main pour le mener où on veut qu'il aille. Un écrit bien posé, clair, exprime beaucoup de choses.

Derrière les mots, il n'y a pas de dérobade. Pas de " Non mais ce que je veux dire, c'est cela en fait". Écrire en son âme et conscience, sincèrement, est quelque chose de... libérateur. Alors n'ayez pas peur. Si vous n'arrivez pas à dire les choses, écrivez-les. Ne gardez pas cela pour vous. Arrêtez de ressasser, n'hésitez pas à prendre une plume, un stylo ou vos doigts (pour taper sur les touches d'un ordinateur) et lâchez-vous. Écrivez tout ce que vous avez sur le cœur sans chercher à trouver les mots. Mettre tous ses sentiments sur le papier permet souvent d'être un peu plus en accord avec soi-même, ce qu'on n'arrive pas à faire tout le temps. Écrire, c'est la sincérité pour soi et pour les autres.

L'écriture, c'est pour soi, car c'est une démarche personnelle. On ne nous dicte pas ce qu'on pense, de la même façon que personne ne peut dicter ce qu'on écrit quand ça vient du cœur. Quand on écrit avec nos tripes et notre cerveau. Ainsi donc, on est face à soi-même. Mais un écrit est aussi à destination d’un autre. Même si on n’en a pas conscience. Car tout sentiment qu’on peut exprimer à travers l’écriture est suscité par quelqu’un. Et quand on se délivre, quelque part, c’est à ce quelqu’un qu’on s’adresse. On veut se faire comprendre des autres et se comprendre.

Grâce à l’écriture, tout est possible. On peut libérer notre imagination, écrire ce que l’on souhaite sans limite. Tout ce que les mots peuvent exprimer. Tout est permis, il suffit de se laisser aller. Alors faites-le. De temps en temps, prenez quelques minutes et couchez sur une feuille tout ce que vous renfermez en vous. Videz votre tête. Cela permet de faire le point sur beaucoup de choses.

Bashing légal

Constitué des dénigrements collectifs et/ou répétitifs visant un membre, un groupe de membres ou un sujet.
-

Définition du Bashing légal selon P12 


Voilà, je pose les bases ici, maintenant, à vous de voir. À vous de voir quoi ? Bah à vous de voir plein de choses j'ai envie de dire. Il y a une chose en particulier que l'on pourrait voir : avez-vous déjà participé à un bashing ? Je demande ça comme ça puisque, semble-t-il, il s'agisse d'une habitude prise par certains Pédouziens et Pédouziennes, notamment concernant ceux décrits comme "gradés".

Il serait aisé je pense (et malheureusement) de faire tout un article sur ce phénomène. Toutefois, je vais m'attarder sur le dernier cas que j'ai vu. Celui envers l'équipe des bâtisseurs et architectes de notre château. Je tiens à préciser que cet article est fait de ma propre initiative et sans avoir consulté les membres de cette équipe.

Cette équipe, ce pôle même, consacre son temps à la fois à la création de notre future école (nom de code V6), et ce tant d'un point de vue graphique ou "Nain-four-ma-tique" comme disent les moldus. Mais ce travail, on ne le voit pas, pas tout de suite en tout cas. Quand quelque chose de nouveau sort, tout beau tout propre, on a le droit à un florilège de "ouah, quel travail, c'est magnifique !" et autres compliments. Mais sinon ? Pendant que l'oeuvre est en réalisation ? Qu'avons-nous ?

Rien. Voilà ce que nous avons. De mon point de vue, je ne vois aucun encouragement, et je vois même pire : des critiques. Des critiques sur... le temps que mettent les PJS à sortir. "Ca va pas assez vite" ; "c'est trop lent" ; "ils sortiront quand la V6 sortira (jamais)". Et ça, ça me dégoûte.

Moi-même, pour garder l'exemple des PJS, je les attends avec impatience. Mais plus comme... comme un gamin qui attend un nouveau jouet. Pas comme un stupide utilisateur de services qui râle derrière des personnes qui font ce qu'elles peuvent, mais qui s'en moquent, car ils sont l'équivalent du "client" donc on ne leur dit rien. Et nos bâtisseurs ne peuvent rien dire, ils font partis du "Perso". Ils tentent d'être gentils, à base de "ça arrive" "ça prends du temps vous savez". Mais bon, quand dans leur dos on lit des "ils avaient qu'à pas faire tout ça en même temps" ou des "ils avaient qu'à pas promettre ça de sitôt"...

Et en fait, ces personnes qui critiquent, tranquillement avachis derrière la lumière blafarde de leur écran, c'est... tout le monde ; ce sont les P12iens moyens. Mais le plus triste, c'est que ce ne sont même pas les nouveaux tout enjoués. Eux, ils font comme moi, ils attendent comme des enfants qui attendent la venue du Père Noël. Non, en général, ce sont les P12iens "connus" qui ont ou avaient un poste. Et souvent dans les mêmes maisons.

Et donc, tout ça pour dire que j'accuse ces P12iens de Bashing légal. Ils prennent leur pied à critiquer, tous ensemble, un groupe d'autres P12iens qui font ce qu'ils peuvent pour un château meilleur. Mais bon, on ne peut rien leur dire. Après tout, on est dans le personnel, donc on se tait et on attend le dernier moment pour agir.

Visite médicale des postes sur P12

Poudlard, plus grande école de sorcellerie de Grande-Bretagne, plus prestigieux château magique du Royaume-Uni où a étudié Merlin l'Enchanteur. Mais que fait donc sa renommée ? J'ai envie de dire : la qualité de son enseignement.

Qui sont aujourd'hui les héritiers d'Armando Dippet, Horace Slughorn et Filius Flitwick ? Quels sont les postes créés depuis, que ce soit par la Direction de l'école ou encore par le Ministère de la Magie ? Et surtout, qui occupe ces postes faisant la renommée de notre excellent système éducatif ?!

Spoiler alerte : risque de déception.

Je commence par rassurer les gens : non, je ne ferais pas de second article pour critiquer les Professeurs qui ont 20 ans RPGiquement (littéralement)... même si c'est une des choses qui cloue le cercueil de la cohérence mais passons. J'ai pas envie d'une autre crise de nerfs tout de suite.

Non, là on va regarder d'autres choses... comme... comme ceux qui s'accrochent à leur poste comme une moule à leur rocher ! Oui, vous savez très bien, ceux qui sont aux abonnés absents durant 88 % de l'année, mais qui viennent faire coucou de temps en temps pour dire "Ého, me remplacez pas par quelqu'un de présent et d'actif, regardez, j'ai corrigé deux devoirs ce trimestre". Ahlala... mais bon, on peut pas les remplacer, ce serait bête. Non ?

Bon, ils ne sont peut-être pas tous comme ça. Allons voir ailleurs.

Ah. Oui. D'accord. Maintenant, ceux qui ont un poste mais qui s'en plaignent tout le temps. Bon. Se plaindre de temps en temps, oui, c'est normal. Se plaindre régulièrement d'un aspect du poste, oui, on comprend. Mais bon. Se retrouver à supporter sur le tchat les jérémiades de celles et ceux qui se plaignent tout le temps de leur poste c'est juste horrible ! Le pire, c'est quand ils se plaignent d'une chose qui est littéralement inhérente à la fonction et dont tout le monde savait qu'il fallait passer par là quotidiennement quand on occupe le poste. Oui Michelle, le RPG n'est pas optionnel quand est formatrice, et il faut avoir des idées pour pas que ce soit monotone. Mais bon, c'est pas grave hein. On t'en veut pas (si).

Mais ça va, gardons espoir. Allons voir autre chose, on ne sait jamais.

J'aurais dû me taire. Voici... un cas unique en son genre. Le genre de P12iens qui cumulent des postes à foison. Ceux qui nous font nous poser la question : comment est-ce seulement possible de combiner tout ça avec vie IRL ? Mais bon, ce qu'il faut avouer, c'est que pour l'instant, ces P12iens s'en sortent très bien. Ils semblent à jour dans leur matière/section, donc bon. Je suppose que ça va ! On pourrait même leur dire : chapeau bas !

Tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin! (Normalement...)

https://www.zupimages.net/up/20/10/1onf.png

 

On a perdu la coupe de Quidditch.

 

On a gagné la coupe des quatre maisons.

 

Deux affirmations qui me laissent un peu perplexe parce qu'elles mettent en parallèle deux réalités pour moi irréconciliables. Comment est ce que les personnes qui ont été à l'origine de notre victoire ont elles pu se vautrer à côté ?

 

Pour moi il y a une seule explication possible : le groupe.

 

Non ne me foudroyez pas du regard en sifflant que je suis une traîtresse, laissez ces attitudes aux serpents, ils font ça très bien comme ça. Je connais la devise de Poufsouffle : tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin... à une condition.

 

On va plus loin si chacun se prend en main.

 

Je sais, je suis un très mauvais exemple sur ce point. Mais ne comptez pas sur moi pour faire mon procès dans mes propres articles, je le fais très bien sur le chat.

 

Pourquoi est ce qu'on a perdu la coupe de quidditch ?

 

Parce que chacun a cru que l'autre allait s’entraîner à sa place et sauver tout le groupe. Mais cette coupe on l'aurait jamais si on compte sur un messie ou la bonne étoile pour faire tout le boulot... On commence à s'améliorer sur ce point. Mais le gros problème c'est qu'on vient juste de comprendre ce que les autres maisons ont intégré il y a bien longtemps.

 

Après, ce qu'il y a de bien chez nous, c'est qu'on apprend très vite. La maison a su sortir ses doigts de son fondement pour repartir au feu. Et ça a payé. On a gagné !

 

Alors, à l'heure où une nouvelle coupe commence je vais vous donner quelque chose de précieux, le fruit de ma réflexion. Après tout j'ai eu le temps de réfléchir vu que je n'ai rien fichu cette coupe-ci. Le groupe prime sur l'individu mais chacun a besoin de l'autre. Alors fixez vous un objectif raisonnable, tapez sur les doigts de ceux qui lambinent mais surtout aidez vous les uns des autres. C'est comme ça qu'on peut aller loin.

 

On les aura.

 

Inch'Appa.

 

https://zupimages.net/up/20/10/bnaa.png

Lie to Me

https://www.zupimages.net/up/20/09/udsw.jpg

Quel est le plus gros fléau de P12 ? Les débats ? Les rivalités entre maisons ? Les dramas ? Non… C’est l’hypocrisie ! Une hypocrisie qui touche tout le monde, qui est omniprésente sans qu’on s’en aperçoive, qui nous pousse aussi parfois à devenir parano et à se méfier de tout. 
Elle existe sous plusieurs formes, à différents degrés. Elle peut être bénigne comme maligne. Tout le monde y a été confronté au moins une fois. Elle va du simple cœur à quelqu’un sur IRC, jusqu’à la vraie méchanceté et la vraie fausseté. 
Je pourrais évidemment citer des noms et des actes concrets mais je ne veux pas remuer le couteau dans une plaie déjà bien ouverte (et j’avoue que ça me plait bien l’idée de vous voir tous stresser et remettre en questions certaines choses). Cependant, je peux vous donner différents contextes où l’hypocrisie est plus que présente…
Le cœur de l’hypocrisie, c’est tout d’abord les topics de félicitations. Ce n’est pas forcément une hypocrisie méchante ou blessante mais c’est simplement à s’arracher les cheveux de voir des gens étaler leur faux bonheur à l’annonce d’une nomination alors qu’en fait, ils en ont rien à faire et vont venir en plus critiquer leur travail dans les semaines qui suivront. On peut extrapoler ça aux topics de félicitations en général, j’en avais déjà un peu parlé avec les phénix le mois dernier.
Je ne dis pas cependant qu’il ne faut pas féliciter les gens, mais il ne faut pas en faire trop non plus. Un petit « Bravo » fera parfois plus d’effet et montrera plus de sincérité qu’un « WOUAH FELICITATIONS TU LE MÉRITES TELLEMENT *-* ». 

L’autre point névralgique de l’hypocrisie, c’est IRC. Ce lieu d’échange et d’intégration est vite devenu un endroit plein de faux semblant et d’apparences. Un endroit où on ne sait pas sur quoi on va tomber. Un endroit rempli de surnoms mignons, de cœurs, de gentillesse, de joie, du moins en apparence…. C’est simple, les salons officiels représentent la partie hypocrite, les salons privés eux sont sans limite et sans compassions. Ainsi, même si quelqu’un vous fait un cœur et vous surnomme niaisement, il y a une forte probabilité que, dans le même temps, elle soit en train de vous cracher dessus sur un salon ou dans le pv de quelqu’un. 

Tout ce que je dis là peut vous sembler banal et peu novateur mais je pense qu’il est temps de dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas. Certes, ce n’est pas un phénomène nouveau mais il faut que tout le monde en prenne conscience, et surtout, il faut prendre conscience des risques que cela peut entraîner. J’en ai moi même subi à des degrés extreme dans ma vie pédouzienne en voulant donner ma confiance à des gens que je pensais sincères mais qui ont finalement joués avec moi. Et cela peut arriver à n’importe qui, nouveaux ou plus anciens, jeune et moins jeunes, bien intégrés au site ou non. Prenez garde et réfléchissez bien avant de donner votre confiance à quelqu’un.

Evidemment, il faut nuancer ces propos. Tous les cœurs et félicitations ne sont pas hypocrites et certains sont vraiment sincères. Il ne faut pas se méfier de tout le monde et limite, vous vous en fichez peut être. Personnellement, je déteste l’hypocrisie et les non-dits, et je déteste les gens qui en abusent. Si parfois, l’hypocrisie est, comme le mensonge, nécessaire, il faut l’utiliser avec parcimonie. 
Ah et une dernière chose, je ne vise personne expressément donc si vous pensez vous reconnaître, posez vous les bonnes questions.https://www.zupimages.net/up/20/10/qzzh.png

La joie

Fermez les yeux (pas trop quand même parce qu'il faut que vous puissiez lire) et pensez à quelque chose qui vous réconforte. Un visage amical, un paysage. Une musique. Un plat de votre enfance. Quelque chose qui vous fait plaisir, que vous aimez. Vous voyez cette émotion agréable, profonde qui vient ? Ou alors vous l’imaginez ? Vous comprenez de quoi je veux parler ?

De la joie. De l’allégresse, du bonheur, du bien-être et de la satisfaction qu’elle apporte. Car la joie vient après l'accomplissement d'un désir. C'est un sentiment de plénitude qui emplit tout notre être. C’est un sentiment naturel, comme la colère, la peur et la tristesse. La joie est donc un sentiment indispensable au spectre des émotions que nous ressentons. Car sans joie, que sommes-nous ? À quoi bon vivre puisque rien ne peut nous satisfaire, rien ne peut nous combler ?

Tu n'as pas dit que tu parlais de la joie, Solène ? Là, les gens vont déprimer...
Oui, pardon.


Je disais donc que la joie est un fondement de nos êtres car c'est... comme un idéal à atteindre. Si on ressent de la joie, c'est qu'on a réussi. Même passagère, c'est une émotion importante.

Être heureux(se), c'est :

- dire ce que je pense : "non", "stop" , "je ne sais pas" et l'assumer.
- faire ce que je veux, quand je veux, comme je veux.
- insister quand je me heurte à un obstacle et le surmonter.
- ne pas avoir honte de renoncer ou de demander de l'aide face à un obstacle trop important
- rire de bon cœur si on me chambre gentillement
- suivre mon chemin même si je suis seul(e)
- me donner le droit d'être heureuse
- me sentir tranquille avec moi-même
- dire "j'ai peur" ou " je suis malheureuse" sans me sentir rabaissé(e)
- aimer les autres sans les surveiller ou les étouffer
- faire de mon mieux pour réussir ce que je veux réussir sans me mettre la pression
- me donner le droit de décevoir ou de rater
- ne pas me rabaisser ou me faire de mal lorsque je ne suis pas content(e) de moi
- ne pas me sentir envieux(se) de la réussite ou du bonheur des autres
- ne pas avoir peur de l'avenir.
- trouver que je suis quelqu'un de bien avec mes qualités et mes défauts
- m'accepter tel(le) que je suis aujourd'hui sans renoncer pour autant à changer demain

La reconnaissance est aussi un facteur important de joie. Être, ou se sentir reconnu(e), est indispensable. Ressentir une approbation ou l'amour d'un autre. Même si la présence de petites attentions comme être salué quand on arrive quelque part ou être appelé par son prénom ne procure peut-être pas forcément une joie directe, elles sont indissociables du bien-être d'un individu, quel qu'il soit. Cela rappelle l'absolue nécessité pour l'être humain de disposer d'un capital social autour de lui afin de ressentir de la joie. Se sentir reconnu confère tout simplement un sentiment d'existence sociale, d'existence tout court. Hors, il est important d'être visible aux yeux des autres, d'avoir sa place dans la société pour ressentir de la joie.
Alors, oui, la joie est importante. Quand on la ressent, on flotte. Comme sur un nuage.

Notre esprit entre dans un mécanisme positif. Il est ainsi plus aisé d'affronter certaines choses. L'esprit est plus productif lorsqu'il est dans un état de joie, car on a l'impression de pouvoir faire des millions de choses à la fois. Notre corps est reboosté. Oh, bien sûr comme toute émotion, la joie est passagère, mais cela peut nous pousser à envisager d'autres choses. Cela peut être bénéfique ainsi.

Sur ce, pour finir, je vous laisse avec une phrase de Gilles Deleuze : " Seule la joie vaut, seule la joie demeure, nous rend proche de l’action, et de la béatitude de l'action."

Gossips

Les gallinacées

Les Galliformes (communément appelés « gallinacés » , du latin gallinaceus « de poule, de coq » ) sont un ordre d'oiseaux très ubiquiste. Il comprend les plus connus et les plus utiles des oiseaux domestiques et des oiseaux gibiers comme les dindons, les pintades, les paons, les coqs, les faisans, les perdrix, les cailles, les coqs de bruyère et bien sûr les dindes et les poules.

Ce sont des oiseaux omnivores aux formes lourdes et aux pattes robustes et qui comprennent la plupart des oiseaux de basse-cour. Ce sont des volatiles à becs longs et épais - principalement adaptés pour manger des graines ou picorer des racines de plantes. Les jeunes oiseaux attrapent aussi des insectes. Ils ont un cou allongé tandis qu’ils sont courts d'ailes et sans apparence de queue. Leur taille varie entre 20 et 70 centimètres selon les espèces.

Les Galliformes pondent de nombreux œufs. Les poussins naissent recouverts de duvet et sont capables de chercher leur nourriture. La plupart reste à longueur d'année dans la même région, mais les plus petites espèces, comme la caille des blés, migrent. Beaucoup d'espèces montrent des différences importantes entre les sexes, en taille ou en apparence.

Selon la classification de référence du Congrès ornithologique international, une institution moldu, cet ordre est constitué de cinq familles :

- Megapodiidae (une vingtaine d'espèces) ;
- Cracidae : (une cinquantaine d'espèces) ;
- Numididae : pintades (six espèces) ;
- Odontophoridae : (une trentaine d'espèces) ;
- Phasianidae : (plus de cent quatre-vingts espèces, généralement les plus connues, comme la perdrix).

Le coq et la poule sont des gallinacés élevés dans les basses-cours ou en batterie pour leur chair et leurs œufs, pour les combats de coqs pratiqués dans de nombreux pays ou comme oiseaux d'ornement. De nombreux animaux de cet ordre, comme le faisan, du part leur couleur, sont prisés comme ornement.


Que pensez-vous de ce troisième article patate ? Le défi a-t-il été relevé pour vous ? Quel thème nous proposez-vous pour la prochaine édition ? Ça se passe dans les commentaires !

Brèves de Gazette



Chers camarades poufsouffle.

Comme vous le savez tous, un journal de maison est avant tout une équipe. Et cette équipe, peu importe la maison, est composée de rédacteurs et d’illustrateurs. Ce n’est qu’avec ces deux types de talents complémentaires, la plume d’un côté et le pinceau de l’autre, qu’un article vient à naître.

C’est pourquoi j’ai choisi pour cette édition de mettre en avant les articles de chaque journal dans lesquels le travail d’écriture et d’illustration sont les mieux couplés. Ceux pour lesquels l’intelligence et la pertinence de l’écrit se mêlent à la beauté et l’artistique du visuel. Et une fois de plus, je serai accompagné des meilleurs des meilleurs, ma chère Brigade des Gazettes, pour vous fournir des avis de qualité !




Nous débutons ce mois de février par une chronique de la Gazette, la Chouette Bleue. Elle met en avant un pédouzien important du Personnel de l’école, Bastien Morholt, via une page de réseau social qui pourrait lui appartenir. L’article est écrit par Clarissa Nebulosa et illustré par Elea Loohest alias West.

Avis de la BG :
Avis Pédouzien : De manière générale, le format envisagé pour cet article est très apprécié, bien que certains aient du mal avec l’utilisation du réseau social dans l’univers de Harry Potter. Néanmoins, l’humour est au rendez-vous et le rendu graphique est grandement salué. De plus les autres pédouziens apparaissant dans l’article sont assez variés, ce qui rend leur présence, et donc l’article lui-même, plutôt crédible. Certains soulèvent cependant une police qui peut légèrement déplaire ou la surutilisation de la tête de l’égérie, en ne mettant que celle-ci en avant à la place d’autres éléments, mais cela reste assez mineur.

Avis Poufsouffle : L’article divise un peu plus les lecteurs. Si certains l’aiment beaucoup grâce aux touches d’humour et au format choisi, d’autres n’en voient pas spécialement l’intérêt et mettent en avant la banalité des informations présentées. Cependant l’idée de base est appréciée par tous même si le rendu final ne l’est pas forcément pour tout le monde. Un point autre bon point soulevé concerne le fait qu’il ne faut pas être nouveau sur le site pour en comprendre le contenu et que l’article est accessible à tous. Finalement le rendu graphique est salué, bien qu’un petit manque d’aération se fasse ressentir pour certains.

Note pédouzienne : Effort Exceptionnel
Note poufsouflienne : Effort Exceptionnel




Qui dit mois de février dit également …. Vous l’avez ? Mais oui ! Je parle bien évidemment de la célébrissime Saint-Valentin fêtée le 14 février. C’est pourquoi nous allons nous pencher sur l’horoscope apparu dans le journal de nos compères les aiglons qui nous permettra de connaître nos chances en amour. Il est signé par le duo Ray Paro & Elea Loohest.

Avis de la BG :
Avis Pédouzien : Cet horoscope est très apprécié par certains et très peu par d’autres. Le bon point soulevé, dans la majorité, est qu’il met en avant différents Serdaigle, permettant ainsi de mieux les connaître et de s’identifier à eux sur certains points. Après, pour certain, le travail sur le plan graphique pourrait être amélioré, entre le choix des avatars utilisés, les couleurs ou la police. Pour d’autres, l’horoscope répond très bien à sa fonction, le travail est complet et le visuel est très attrayant.

Avis Poufsouffle : Ici encore, le fait d’avoir mis sous les projecteurs différents aiglons et non des personnages de la saga est très apprécié. L’avis est un peu plus mitigé sur le plan visuel, jugé bon pour certains et légèrement fade pour d’autres. Cependant, sur le plan de l’écrit, les descriptions accompagnant chaque aiglon sont appréciées, bien que trouvées un peu longues par certains.

Note pédouzienne : Effort Exceptionnel
Note poufsoufflienne : Acceptable




Pour continuer sur cette vague d’amour et de romantisme, symboles de ce mois, un article de la VIPère nous fait une présentation de quelques cobras idéaux pour vous tenir compagnie en ce jour si particulier (et plus si affinité). Lequel sera fait pour vous ? Vous le découvrirez dans cet article écrit par Alysone Petrova et illustré par Altehir Nagini.


Avis de la BG :
Avis Pédouzien : Le concept de présenter plusieurs Serpentard de cette manière, qui peut faire penser aux cartes Pokémon, est globalement apprécié et jugé original et cohérent dans le cadre de la Saint-Valentin. La forme des présentations reçoit un accueil mitigé avec une police d’écriture peu lisible et un article à fond vert peu travaillé. De plus le texte est un peu trop court et aurait pu être plus développé. Mais le ton pris pour les différentes présentations plait et les touches d’humour sont bien appréciées. Il a également été souligné que seuls les hommes de la maison sont mis en valeur, ce qui est vu comme un léger bémol bien que l’article soit pensé comme tel.

Avis Poufsouffle : L’idée de mise en avant de certains membres chez les serpents est également appréciée tout comme le rendu visuel sous forme de cartes. Le fait qu’il soit cependant centré sur les hommes lui est reproché mais l’intention est comprise. À nouveau, la police utilisée n’est pas très appréciée car difficilement lisible et le fond à dominante verte est jugé un peu dérangeant. Mais l’humour employé dans les différentes présentations est bien apprécié.

Note pédouzienne : Effort Exceptionnel
Note Poufsoufflienne : Effort Exceptionnel




Pour terminer cette session des brèves, comme la coupe des quatre maisons vient de se terminer récemment, je vous propose de vous pencher sur un article mettant en avant l’équipe de Quidditch de Gryffondor, et plus précisément leurs joueuses ! Et oui, si l’article précédent avait mis en avant l’homme idéal dans un domaine, c’est maintenant autour des femmes d’être mises sous le feu des projecteurs, mais pour leurs capacités sportives cette fois-ci ! Cet article est écrit par Erskine Blane et illustré par Alyne Matthews.

Avis de la BG :
Avis Pédouzien : L’article met en avant les joueuses de l’équipe de Quidditch des lions et ce point plaît beaucoup. Le texte est bien dosé, ni dans l’excès, ni trop pauvre, mais un peu plus de recherches sur les joueuses aurait ajouté un plus pour certains. L’humour et les quelques jeux de mots glissés dans les descriptions plaisent aussi. Cependant, le choix de la couleur orange n’est pas forcément bien vu, rappelant trop les couleurs de Poufsouffle et non celles de Gryffondor. Enfin, sur le plan visuel, La sobriété du fond est un élément qui partage les lecteurs, jugé clair et sobre pour certains ou pas assez travaillé pour d’autres.

Avis Poufsouffle : Dans la même veine que l’article de la VIPère, l’idée de mettre en avant des membres de maison est bien appréciée, qui plus est des joueuses de Quidditch. Le contenu divise cependant les lecteurs, certains le trouvant assez ennuyant et d’autres divertissant. Pour ces derniers, l’humour employé a bien été soulevé. Sur le plan graphique, la police utilisée plait globalement mais le cadre mentionnant les différentes caractéristiques est jugé trop compact. Le choix de la couleur orange est encore ressorti comme un point qui aurait pu être pensé différemment.

Note pédouzienne : Effort Exceptionnel
Note Poufsoufflienne : Effort Exceptionnel




Pour cette session des Brèves, nous faisons face à un cas rare : la Gazette, la VIPère et le Gryff’Time se retrouvent tous les trois ex-aequo à la première place avec les mêmes notes côté pédouzien et poufsouffle. Reste alors à la deuxième et dernière place le Chicaneur qui obtient tout de même un score honorable. Il est, lui, préféré par les pédouziens.

Et comme vous le savez, ce mois de févier est venu clôturer une coupe (remportée par notre belle maison). Il est donc temps pour moi, après trois mois consécutifs à désigner un journal champion à chaque mois, de nommer celui que nous considérerons comme le meilleur journal de la coupe. Après réunion et concertation des membres de la BG, c’est le journal de Poudlard12 alias la Gazette qui est nommé champion pour cette coupe ! Bravo à leur équipe !

Nous espérons, chers lecteurs, que cette session des Brèves vous aura permis d’élargir vos horizons de lecture et que vous avez apprécié les articles de cette série durant ces trois mois de coupe.

Bonne route et bonnes futures lectures.

La Brigade des Gazettes

 

 

 

Le tour du monde magique


 
La France était déjà derrière eux lorsque les deux chroniqueurs firent leur retour au bureau des Crocs. Mais le voyage sur le dos de Jean-Rachid ayant apparemment épuisé Archie, ce dernier décida de retourner à ses occupations et laissa seul Toma, qui devait maintenant partir en direction du Brésil. Mais c’était sans compter sur la présence d’une nouvelle recrue Orla Lagh qui eut le malheur de se trouver dans les parages. C’est ainsi que, de gré ou de force (vous ne voulez pas savoir), le duo se dirigea vers des contrées américaines éloignées.
 
 
Transition absolument incroyable / Bond en avant de quelques jours / Musique de voyage temporel
 
 
TOMA : Bon, jeunes gens, on est déjà de retour !  Tout le budget effets spéciaux est passé dans la transition ...

ORLA : Pour vous jouer un mauvais tour !  Et c'est pas du tout ça le texte ...

TOMA : Euh... très bien. Bon alors, sans plus attendre, comme on en revient, voici ce qu'il vous faut retenir si vous envisagez un séjour académique au Brésil !

ORLA : Va donc suivre une liste de conseils qui pourra constituer votre guide de survie du bon étudiant britannique en terres hostiles.


Number Ouane : En échange à Castelobruxo, tu iras

 
TOMA : L'école se trouve au Brésil en pleine forêt tropicale amazonienne. De l'extérieur, elle apparaît comme un tas de ruines pour les moldus et ressemble à Poudlard de ce côté là. Elle accueille des élèves venant de toutes l'Amérique du Sud qui portent alors une robe verte claire une fois intégrés. Les matières dominantes sont la magizoologie et la botanique. L'école dispose également d'un bon programme d'échange avec les écoles européennes. Parmi les élèves que nous connaissons, Bill Weasley avait d'ailleurs un correspondant brésilien.

ORLA : Chaleur, jolis paysages verdoyants... Franchement, ça doit être sympa de partir là bas en échange mais encore faut-il avoir la main verte et aimer les petites bêtes. Pas certaine que tu t'y sentes bien, sinon. Puis, les robes vertes ne sont plus trop tendance, huhu.

Number Tou: Des Caiporas, tu te méfieras

 
TOMA : Les Caiporas sont des esprits espiègles et malicieux qui sèment le désordre, tel Peeves à Poudlard (mais en pire), que l'on peut apercevoir dans la forêt amazonienne. Contrairement à ce que l'on pense, les moldus en ont connaissance mais seulement au travers de croyances liées aux mythes du folklore brésilien. Mais dans le monde sorcier, ils veillent sur Castelobruxo ainsi que les animaux de la forêt dans la nuit.

ORLA : On sait que le Baron Sanglant est le point faible de Peeves alors j'imagine que si tu souhaites te promener dans la forêt, il te faudra trouver le leur : Bourse de gallions, panier du petit chaperon rouge... PS : mon point faible c'est le Kinder Bueno, hihi.

Number Sri : Éblouis par les grands espaces, tu seras

 

TOMA : En étant le cinquième pays le plus grand du monde, et le plus grand d'Amérique latine, le Brésil comporte une multitude de paysages et d’environnements différents les uns des autres. Le pays comportant cinq zones géographiques assez distinctes. Vous aurez de quoi vous régaler entre les plaines, les montagnes, les déserts ou les forêts tropicales. En bref, peu importe vos envies, vous trouverez un endroit capable de vous satisfaire.

ORLA : Ils se vantent beaucoup mais on sait tous pertinemment que notre pays est vachement plus beau avec ses Highlands, lochs, montagnes, châteaux et vaches. Nous aussi on a 5 trucs distincts qui en valent la peine, tss.

Number Four: Sur les plages paradisiaques, tu te prélasseras

 
TOMA : Les plages brésiliennes sont parmi les lieux les plus beaux et les plus fréquentés que l'on peut trouver au Brésil. Elles rassemblent la population, bordent les grandes mégalopoles du pays et sont le cœur d'un certain nombre de pratiques sportives comme le surf et la plongée côté mer, et la randonnée côté terre. Elles sont devenues des lieux cultes de rassemblement, comme à Rio de Janeiro avec Ipanema ou Copacabana.

ORLA : Je te vois déjà venir. Oui, Toma est resté politiquement correct et, oui les bikinis et abdos nous attirent aussi. Nos hormones vont bien, merci !

Number Faïve: Le costume, tu enfileras

 
TOMA : La musique est une composante essentielle de la culture brésilienne. La Samba et la Bossa-Nova sont par exemple nées au Brésil et d'autres musiques latines sont très écoutées et jouées. Il en est de même avec la danse. Les carnavals comme le Carnaval de Rio sont le parfait exemple de cette culture latine où musiciens, danseurs et habitants se retrouvent tous dans les rues pendant quatre jours durant l'année pour festoyer ensemble.

ORLA : Les festivaliers sont tellement embués par l'alcool qu'ils ne se rendent jamais compte des sorciers festoient avec eux. N'abuse quand-même pas de la magie si tu as l'occasion d'y aller parce que tu es là pour le spectacle, pas pour te donner en spectacle !

Last Ouane : Des bêbêtes, tu te protégeras

 
TOMA : Qui dit forêt amazonienne dit grosses bestioles. Entre les serpents longs comme le cou d'une girafe, les mygales et autres moustiques en tout genre, le Brésil (et surtout ses forêts) réserve des surprises quant à sa faune sauvage. Si vous voulez voyager en toute sécurité, des vaccins sont vivement recommandés pour éviter d'attraper le virus zika ou le paludisme (parce ça fait pas bon ménage).

ORLA : Ouais sinon, comme disait le troisième point, le Brésil ne se résume pas qu'à sa forêt. Les plaines, c'est bien aussi ! Et si un jour tu as des enfants que tu comptes abandonner dans la forêt, cailloux ou pas, peu de chance qu'ils en ressortent !


TOMA : Et bien je crois que nous allons conclure sur ces derniers mots respirant l'optimisme et la joie de vivre ! Nous espérons que vous prendrez bien en compte ces conseils et que votre prochaine expérience au Brésil, si vous l'envie vous prend, se déroulera dans les meilleures conditions (donc en revenant vivant s'il vous plait, c'est mieux).

ORLA : Et sur ce, on vous dit au revoir et à bientôt pour de prochaines aventures !
 
 

THE END

 

 

 

Vis ma vie de supporter.

https://zupimages.net/up/20/10/sopa.png

Dans cet article, je vais vous faire part de ce que c'est d'être dans la peau d'un supporter. Tout d'abord, il faut savoir que ce n'est pas toujours facile alors pour ceux qui ont vite le tournis je vous conseille de vous asseoir en lisant cet article.

Je vais commencer par vous expliquer l'état d'esprit d'un supporter en début de Coupe de Quidditch. Comme chaque Coupe, le calendrier des rencontres est publié et c'est là que vous cocher sur votre agenda les dates à ne pas manquer. Oui car en bon supporter, vous vous devez d'être présent aux matchs de votre équipe pour les encourager (après ce n'est pas non plus comme si c'était votre club de cœur on ne vous en voudra pas de ne pas être là).

Une fois cette étape faite, vous découvrez les défis à réaliser et c'est là que commence le parcours du combattant. Car au début, vous serez en forme et vous vous direz "ah ce n'est que ça, je vais tous les faire c'est gagné d'avance". Puis vous vous parez de votre plus beau ensemble aux couleurs de votre maison et commencez les défis.

Puis très vite, vous commencez à freiner le pas car vous vous dites que la Coupe est longue et que vous avez le temps de tout faire. Pendant ce temps, vous assistez aux matchs avec plus ou moins de joie selon les résultats. Vous pouvez vous faire une idée du niveau de vos adversaires et savez si votre équipe atteindra les sommets ou non.

Puis quand la fin de la Coupe approche, c'est là que vous réalisez que vous n'avez peut-être pas bien géré votre temps et vous vous retrouvez en face du fait que vous ne pourrez pas finir tout ce que vous aviez prévu. Mais cela est valable pour les défis personnels.

Car quand vous vous retrouvez entre supporters ce n'est plus du tout la même chose, ce manque d'énergie ou cette baisse de moral peut vite se transformer en dynamisme et vous redonner un nouvel aplomb. C'est cela aussi être supporter, pouvoir compter les uns sur les autres dans les bons comme les mauvais moments.

C'est également une bonne expérience à vivre que ce soit sportivement ou sur le plan humain ou vous découvrez des personnes auxquelles vous n'auriez peut-être pas parler si le sport n'existait pas.

Alors que vous soyez un supporter en herbe ou bien un fervent supporter, n'hésitez pas à revendiquer votre appartenance à votre maison. Le principal est de prendre plaisir à ce que vous faites et comme un footballeur moldu ne sait pas dire "la roue tourne" donc ne vous découragez pas si votre équipe ne gagne pas tout le temps, la persévérance paye toujours !
 
https://zupimages.net/up/20/10/qagg.png

Bisons et Quidditch à Poufsouffle.

https://i.imgur.com/s3yxdTN.gif

https://zupimages.net/up/20/10/4bjo.png

 

Bonjour à vous chers lecteurs !

Je profite de cette période où les activités liées aux Quidditch s'enchaînent (Cd4M puis CdC) pour vous proposer un mini-jeu autour du Quidditch dans notre maison. Et qui dit Quidditch à Poufsouffle dit également bisons des joueurs !

C'est pourquoi je vous mets au défis de retrouver et placer sur la grille les noms des bisons de chaque joueur de l'équipe actuelle.

Pour les plus rapides et les plus agiles d'entre vous, les lettres correspondant aux cases grisées sont à rassembler pour former une expression chère à notre ex-capitaine et préfet Bepo.
Un petit indice : l'expression est composée de deux mots et a un rapport avec le bison de notre nounours national.

Je vous laisse donc à ce petit jeu et vous souhaite bon courage pour compléter la grille !


Cliquez sur l'image pour agrandir



Voici un lien vers les noms des bisons existants : (cliquez) parce que je suis quand même un peu sympa et que je vous épargne trop de recherches.

Les participations seront à m'envoyer par MP (Toma Dresden)

Récompenses à la clé : 1 gallion et 10 dragées pour le premier, 10 mornilles et 5 dragées pour le deuxième, et 5 mornilles et 2 dragées pour le troisième (sujet à modification suivant les participations)

 

https://zupimages.net/up/20/10/k5wx.png

Dimanche 9 février 2020

Edito

 

Vous n'y croyez plus? Rassurez vous nous non plus. Mais nous profitons d'un moment de répit que nous offre le dot pour publier ces crocs du mois de février. Ouf...

Du coup je peux mettre fin à l'attente de ceux qui ont profités de ce mois de janvier pour postuler aux crocs. Et oui vous avez bien lu un pluriel. Nous accueillons en effet deux nouvelles personnes pour renforcer notre équipe. Marc, un vieux de la vieille a décidé de reprendre la plume et vous pourrez retrouvez ses articles dans cette édition. Pour ce qui est de la deuxième personne, vous avez déjà pu voir ses créations dans la dernière édition. Orla rejoint notre équipe en tant qu'illustratrice.

De plus, nous accueillons ce mois-ci deux petits stagiaires grâce au concours "A vos plumes et vos pinceaux.". Vous pouvez féliciter Draconimus et Sukyana.

A l'heure où notre beau site évolue de plus en plus vite et que des comportements jugés glaçants deviennent la norme, je suis heureuse de voir que les crocs sont attendus chaque mois et que de belles plumes se révèlent et s'affermissent d'éditions en éditions. On ne se prend pas au sérieux et on aime ce qu'on fait, c'est sans doute ce qui nous permet de sortir tout les mois un journal de qualité.

Sans plus attendre, ce qui est ironique au vu de notre retard même si on est loin du record, je vous laisse découvrir cette édition. N'oubliez pas de commenter les articles qui vous plaisent et de noyer l'équipe sous votre amour et vos calins.

Sur ce, bonne lecture!

https://zupimages.net/up/20/06/yhee.png

- page 1 de 59